Rencontre avec l’adjudante-cheffe Élodie, porteuse de la Flamme Olympique entre Millau et Sète

  • Par la lieutenante Floriane Hours
  • Publié le 13 mai 2024
Portrait d'une sous-officier de gendarmerie en tenue de service courant devant sa brigade.
© Gendarmerie nationale - ADC E. C

Commandante de la brigade de proximité de Vézins-de-Lévézou, dans l’Aveyron, l’adjudante-cheffe Élodie fait partie des relayeurs qui portent, ce lundi 13 mai, la Flamme Olympique entre Millau et Sète. Un grand honneur pour cette gendarme engagée.

Après son arrivée dans le port de Marseille le 8 mai 2024, puis son passage dans le Var, les Alpes-de-Haute-Provence, puis les Bouches-du-Rhône, le relais de la Flamme Olympique se poursuit ce lundi 13 mai pour la cinquième étape. Débutant à Millau sur le célèbre viaduc inauguré en 2004, elle passera ensuite dans le centre-ville, puis au cœur du Parc naturel régional des Grands Causses avant de reprendre la route de la Méditerranée direction Sète et le Mont-Saint-Clair. C’est sur ces pentes que l’adjudante-cheffe Élodie, commandante de la brigade de Vézins-de-Lévézou, va porter, pour un relais de 200 mètres, la Flamme Olympique.

Le sport dans son ADN

 Le sport, l’adjudante-cheffe Élodie est tombée dedans quand elle était petite. Issue d’une famille de sportifs, elle pratique dès l'âge de six ans le handball, d’abord au sein d’un petit club, puis en national où elle remporte de nombreuses compétitions.

Passionnée de sport (handball, mais aussi rugby, football, etc), elle décide de poursuivre dans le domaine en passant un bac général spécialité « Activités physiques de pleine mature » puis en s’orientant en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), avant de passer deux licences dans le domaine, l’une en management du sport (l’événementiel sportif) et l’autre en gestion de la condition physique des intervenants en situation hostile. « C’est une licence très particulière qui mêle du sport et de l’entraînement adapté pour travailler dans des milieux hostiles comme les armées, sapeur-pompiers, etc », explique-t-elle.

Après ces études, en 2009, elle intègre l’École de la gendarmerie de Châteaulin pour devenir sous-officier. Lors de sa sortie, en octobre 2010,elle retrouve sa région natale en intégrant la brigade de proximité de Sévérac-d’Aveyron. Une unité au sein de laquelle elle passera sept ans. En 2017, elle bascule à la Brigade de recherches (B.R.) de Millau, où elle passe la spécialité « enquêteur environnement », avant de prendre la tête, en 2021, de la brigade de proximité de Vézins-de-Lévézou, rattachée à la Communauté de brigades (CoB) de Salles-Curan. Un poste qu’elle occupe toujours.

En parallèle de la gendarmerie, un métier qui la passionne et qu’elle voulait faire depuis toute petite, l’adjudante-cheffe poursuit, au cœur de ce territoire qu’elle connaît si bien, une activité sportive régulière : handball, VTT et vélo de course, randonnée, parapente, treks, etc. Un dynamisme qu’elle met également au service de la gendarmerie.

Dynamisme et engagement

Au sein de l’institution, Élodie porte différentes casquettes. Celle de commandante de brigade, mais aussi celle de monitrice de secourisme, de monitrice ORFA (Optimisation des ressources des forces armées), de référente recrutement et de préparatrice pour les GAV (Gendarmes adjoints volontaires) qui souhaitent passer le concours de sous-officiers.

Un engagement et une détermination qui ont incité sa hiérarchie à proposer sa candidature pour porter la Flamme Olympique. Un geste qu’elle a beaucoup apprécié. « C’est une aventure humaine incroyable qui n'arrivera qu’une fois dans ma vie. Je suis très honorée d’avoir été choisie. Et puis ce qui est bien, avec la flamme, c’est qu’il s’agit d’une occasion de faire rayonner le sport, et plus largement toute la société, que l’on soit un sportif de haut niveau ou pas. Ça permet de mettre en valeur le territoire et tous ses habitants. »
Une population que la gendarme, habillée dans la tenue blanche des relayeurs, sur les flancs du Mont-Saint-Clair à Sète ce lundi 13 mai, est fière de représenter.

Contacter la gendarmerie

Numéros d'urgence

  • Police - Gendarmerie : 17
  • Pompier : 18
  • Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU) : 15
  • Sourds et malentendants : www.urgence114.fr ou 114 par SMS
  • Urgence Europe : 112

Sécurité et écoute

  • Enfance en danger : 119
  • Violences conjugales : 39 19
  • Maltraitance personnes âgées ou en situation de handicap : 39 77

Ces contenus peuvent vous intéresser