La nouvelle brigade mobile du groupement de Seine-et-Marne fait rimer proximité et ingéniosité

  • Par le commandant Céline Morin
  • Publié le 15 décembre 2022, mis à jour le 03 février 2023
Présentation de la brigade mobile du GGD77 au commandant de la région de gendarmerie d'Île-de-France, le général de corps d'armée Xavier Ducept.
© GGD77

Entre les mains expertes des mécaniciens et des carrossiers du centre de soutien automobile de la gendarmerie de Melun, l’ancien véhicule de la cellule d’identification criminelle du groupement de gendarmerie départementale de Seine-et-Marne a retrouvé une nouvelle jeunesse et par la même occasion une nouvelle fonction, celle de brigade mobile. Fruit d’un important investissement humain et de l’addition de divers savoir-faire, l’opération se veut aussi vertueuse, grâce à la réutilisation de nombreux accessoires pouvant être adaptés et valorisés.

La Cellule d’identification criminelle (CIC) du Groupement de gendarmerie départementale de Seine-et-Marne (GGD 77) ayant été dotée d’un nouveau véhicule, son précédent Master s’était retrouvé sur une voie de garage, à tout juste 14 ans et près de 178 000 km au compteur. Temporairement seulement ! Car le groupement, sous l’impulsion de son commandant, le colonel Michaël Fumery, était bien décidé à lui donner un second souffle en qualité de brigade mobile, avec possibilité, en cas de besoin, de servir de poste de commandement.

Début 2022, le lieutenant Ghislain Coppolani, commandant le Centre de soutien automobile de la gendarmerie (CSAG) de Melun, le maréchal des logis-chef (MDC) Thierry, mécanicien bien connu par les organisateurs de la caravane du Tour de France, et l’adjudant Stéphane, de la section commandement du groupement, prennent le projet en main. Des contacts sont établis avec les autres services concernés : le groupe soutien ressources humaines, la région de gendarmerie d’Île-de-France, le menuisier de l’École des officiers de la gendarmerie nationale, ainsi que le délégué militaire départemental de Seine-et-Marne, qui a accordé le concours de quelques compétences rares de ses équipes.

Une transformation à moindre coût

Une fois les divers équipements livrés au CSAG, les choses sérieuses peuvent commencer. Nous sommes alors en avril 2022. Tandis qu’il prépare également les véhicules gendarmerie de la caravane du Tour de France, le MDC Thierry entreprend de déséquiper le véhicule du sol au plafond, y compris le système électrique, « qui n’était pas en phase avec ce qu’on voulait en faire et qui était même obsolète. » Puis, appuyé ponctuellement par d’autres personnels du CSAG, le militaire entreprend d’installer le câblage et la connectique idoines dans l’habitacle, de sorte à pouvoir mettre en place – et tester - le matériel informatique et radio.

© GGD77

Le véhicule est notamment doté d’un amplificateur 4G couplé à un routeur wifi, pour un usage en mobilité, d’une télévision permettant la projection de données, d’un groupe électrogène, récupéré du précédent équipement, ainsi que d’une puissante rampe d’éclairage LED, orientable à 360° et rétractable, afin d’éclairer une scène d’intervention et mettre les personnels en sécurité.

Des assises, dont la sellerie a été rénovée, ainsi qu’une table, - le tout récupéré dans un B110 servant précédemment de véhicule transmissions au groupement blindé de gendarmerie mobile -, sont ensuite mises en place. Le mobilier de rangement, qui se trouvait déjà dans le véhicule de la CIC, est lui aussi réutilisé, après avoir été adapté aux nouvelles dimensions de l’habitacle dans l’atelier menuiserie de l’École des officiers de la gendarmerie nationale. Des rails de rangement, prélevés sur un autre véhicule, viennent parfaire l’aménagement intérieur.

À la révision mécanique indispensable, vient également s’ajouter une rénovation plus esthétique des peintures et des plastiques par les carrossiers du CSAG, qui installent également des plaques métalliques en renfort. Cela étant fait, le véhicule semble neuf, et ne reste que la plaque d’immatriculation en « 2082 » pour rappeler l’âge du véhicule.

« Notre objectif principal était de procéder au meilleur aménagement possible du véhicule à moindre coût, c’est-à-dire en recyclant un maximum de choses, qu’il s’agisse de mobilier ou de pièces inutilisées, résume le lieutenant Coppolani, patron du CSAG. Au final, l’opération n’aura coûté que 5 000 € en termes de matériel. »

Pour la main-d’œuvre, il aura fallu près de 1 000 heures de travail, échelonnées sur plusieurs mois, pour finaliser l’ensemble des travaux d’aménagement et de mise en conformité, effectués par le CSAG, en sus de missions quotidiennes ou plus ponctuelles, tel le Tour de France.

Un outil permettant de densifier le maillage territorial

Le 6 décembre dernier, le nouveau véhicule a ainsi pu être présenté au commandant de groupement et aux unités lors d’une réunion de commandement élargie, avant d’être dévoilé, l’après-midi même, au commandant de région, enthousiasmé par le produit fini. « Le projet a suscité l’adhésion, et aujourd’hui, les gendarmes sont convaincus par l’outil, se réjouit le colonel Fumery, soulignant à cet égard l’initiative et l’investissement des personnels impliqués, notamment ceux du CSAG et de la section commandement du GGD.

© GGD77

« Nous disposons désormais d’un véhicule adapté en tous points à la dynamique des brigades mobiles, en mesure de répondre à toutes les contraintes opérationnelles, indique le colonel Fumery. Une arrivée qui tombe à point nommé dans la perspective de la création très prochaine de 200 nouvelles brigades annoncée par le ministre, et qui pourrait ainsi rejoindre les différents projets proposés par le GGD 77 dans ce cadre.

En attendant, le véhicule contribuera principalement à densifier le maillage territorial de la compagnie de Provins, à laquelle il est affecté et par laquelle il est armé, notamment sur le secteur de la N4 en direction de La Ferté-Gaucher. Il pourra aussi être employé sur des missions particulières,servir de poste de commandement en cas de crise, élément important pour la conduite opérationnelle en gendarmerie départementale, ou encore, par exemple, servir de base à une brigade verte.

© GGD77

Contacter la gendarmerie

Numéros d'urgence

  • Police - Gendarmerie : 17
  • Pompier : 18
  • Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU) : 15
  • Sourds et malentendants : www.urgence114.fr ou 114 par SMS
  • Urgence Europe : 112

Sécurité et écoute

  • Enfance en danger : 119
  • Violences conjugales : 39 19
  • Maltraitance personnes âgées ou en situation de handicap : 39 77