Accompagnez les organisateurs de camps de vacances pour une meilleure sécurité

  • Par la rédaction du site Gendarmerie nationale
  • Publié le 13 janvier 2023

Vous êtes élu et un camp de vacances ou de scoutisme est organisé sur votre territoire ? La gendarmerie nationale vous accompagne pour que celui-ci se déroule dans les meilleures conditions de sécurité.

Connaissez-vous l'Opération Tranquillité Juniors (OTJ) ?

Transports en commun, camping en forêt, courses d'orientation... avec des enfants (ou des adultes), le risque zéro n'existe pas ! Prévenir et savoir réagir sont au cœur du dispositif Opération Tranquillité Juniors.

En votre qualité d’élu, avertissez les responsables du camp de vacances ou de scoutisme qu’ils doivent impérativement prendre rendez-vous à la gendarmerie la plus proche du lieu de séjour, afin d’y remplir le formulaire OTJ.

Des gendarmes patrouilleront ainsi plus fréquemment autour du camp, et les responsables du camp seront plus rapidement identifiés en cas de problème.

Les bons réflexes pour réduire les risques

Afin de limiter les risques de disparition, vous pouvez également rappeler aux responsables du camp, quelques bons réflexes à adopter :

  • avoir à disposition les photos des jeunes et leurs numéros de téléphone ;
  • apprendre aux jeunes les numéros d'urgence et les numéros à connaître (parent, responsable de camp) ;
  • s’assurer que les enfants soient équipés d'un kit (numéros, lampe, eau, couverture de survie, etc.) ;
  • prévoir des points de contact réguliers avec les enfants ;
  • informer les parents sur la conduite à tenir en cas d'appel d'un enfant perdu : ils doivent immédiatement avertir les organisateurs et les laisser entrer en contact avec les secours.

Que faire si un enfant manque à l'appel ?

En cas de disparition, le temps est un facteur clé. Là encore, rappelez aux organisateurs les règles de base :

  • Si un jeune (ou un groupe) n'arrive pas dans les temps, commencez par lancer quelques appels. En cas d'absence de réponse, désignez une personne qui reste sur place pour continuer les appels et faites une première recherche (tentes, chambres, toilettes, feu, etc.). Ne touchez pas aux affaires du jeune : en cas de disparition, un chien aura besoin de sentir son odeur.
  • Si vos recherches ne donnent rien, appelez le 17 et donnez les six informations suivantes :
  1. Qui : identifiez-vous (nom, prénom, fonction). Si vous avez déclaré votre camp avec le formulaire OTJ, n'hésitez pas à le signaler !
  2. Quoi : quel est l'objet de votre appel ? Le jeune qui manque à l'appel est-il mineur ou majeur ?
  3. Quand : depuis quand la personne disparue est-elle manquante ? Quelle est l'heure du dernier contact ?
  4. Où : précisez le lieu du camp, de la sortie et du dernier contact que vous avez eu avec la personne manquante.
  5. Comment : dans quelles circonstances s'est produite cette disparition ? Quelles recherches avez-vous déjà effectué ?
  6. Pour qui : quelle(s) personne(s) sont manquantes ? Soyez précis, donnez leur nom, prénom, âge, numéro de téléphone, une description physique et vestimentaire, détaillez d'éventuels problèmes de santé (asthme, diabète) et fournissez une photo aux gendarmes lors de leur arrivée sur place.

Contacter la gendarmerie

Numéros d'urgence

  • Police - Gendarmerie : 17
  • Pompier : 18
  • Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU) : 15
  • Sourds et malentendants : www.urgence114.fr ou 114 par SMS
  • Urgence Europe : 112

Sécurité et écoute

  • Enfance en danger : 119
  • Violences conjugales : 39 19
  • Maltraitance personnes âgées ou en situation de handicap : 39 77

Ces contenus peuvent vous intéresser