Bretagne : cinq semaines de formation militaire tactique

  • FMT-24.jpg
    © 
  • FMT-42.jpg
    © 
  • FMT-34.jpg
    © 
  • FMT-16.jpg
    © 
  • FMT-69.jpg
    © 
  • FMT-102.jpg
    © 
  • FMT-59.jpg
    © 
  • FMT-84.jpg
    © 
  • FMT-73.jpg
    © 
  • FMT-35.jpg
    © 
  • FMT-70.jpg
    © 
  • FMT-43.jpg
    © 
  • FMT-50.jpg
    © 
  • FMT-41.jpg
    © 
  • FMT-54.jpg
    © 
  • FMT-98.jpg
    © 
  • FMT-12.jpg
    © 
  • FMT-18.jpg
    © 
  • FMT-85.jpg
    © 
  • FMT-87.jpg
    © 
  • FMT-94.jpg
    © 
  • FMT-3.jpg
    © 
  • FMT-10.jpg
    © 
  • FMT-95.jpg
    © 
  • FMT-24.jpg
    © 
  • FMT-42.jpg
    © 
  • FMT-34.jpg
    © 
  • FMT-16.jpg
    © 
  • FMT-69.jpg
    © 
  • FMT-102.jpg
    © 
  • FMT-59.jpg
    © 
  • FMT-84.jpg
    © 
  • FMT-73.jpg
    © 
  • FMT-35.jpg
    © 
  • FMT-70.jpg
    © 
  • FMT-43.jpg
    © 
  • FMT-50.jpg
    © 
  • FMT-41.jpg
    © 
  • FMT-54.jpg
    © 
  • FMT-98.jpg
    © 
  • FMT-12.jpg
    © 
  • FMT-18.jpg
    © 
  • FMT-85.jpg
    © 
  • FMT-87.jpg
    © 
  • FMT-94.jpg
    © 
  • FMT-3.jpg
    © 
  • FMT-10.jpg
    © 
  • FMT-95.jpg
    © 

Une formation militaire tactique a été dispensée, du 21 au 25 mars, au Centre régional d'instruction de Pontivy (CRI), au profit de 18 militaires des escadrons de la zone de défense et de sécurité Ouest. Au total, ce sont cinq semaines de formation qui ont ainsi été programmées depuis le 31 janvier, afin de répondre à la volonté d’aguerrir les militaires des Pelotons de sécurité et d'intervention (PSIG) et des Escadrons de gendarmerie mobile (EGM) sur une réponse adaptée au type du drame de Saint-Just.

Les stagiaires ont notamment travaillé sur des scénarios permettant de mettre en application pour un personnel la présentation d'une instruction et pour le reste des stagiaires, la mise en place d'une mission. Ils ont également été engagés au cours du stage sur des marches tactiques, de jour et de nuit, et sur des scénarios plus complexes intégrant la dimension camouflage.

Le but de cette formation est aussi de constituer un vivier de formateurs relais à hauteur de deux personnels par PSIG et par escadron.

© CABCOM RGBRET / ADJ BOULAIS