Le général de corps d’armée André Petillot nommé major général de la gendarmerie

  • Par la lieutenante Floriane Hours
  • Publié le 21 janvier 2023, mis à jour le 23 janvier 2023

Le général de corps d'armée André Petillot lors d'une cérémonie.

© DICOM - J. Rocha

Le général de corps d’armée André Petillot vient d’être nommé major général de la gendarmerie nationale, lors du Conseil des ministres de ce mercredi 18 janvier 2023. Il succède au général d’armée Bruno Jockers, nommé Inspecteur général des armées-gendarmerie (IGAG).

 

À la tête du Commandement de la gendarmerie en Outre-Mer (CGOM) depuis le mois d'août 2022, le général de corps d’armée André Petillot vient d’être nommé Major général de la gendarmerie nationale (MGGN), l’une des plus hautes fonctions de l’Institution. Il succède à ce poste au général d’armée Bruno Jockers, nommé Inspecteur général des armées-gendarmerie (IGAG), le 1er janvier 2023.

Sorti d’école en 1990, ce Saint-Cyrien présente, à 55 ans, un parcours opérationnel extrêmement riche, tant en gendarmerie mobile et qu’en départementale. Commençant sa carrière comme commandant de peloton à l’Escadron de gendarmerie mobile (EGM) de Nantes, il prend ensuite la tête de l’EGM de Saint-Amand-Montrond, dans le Cher, avant d’assurer le commandement de la compagnie de Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques. Après un passage en administration centrale, le général Petillot commande le groupement de gendarmerie départementale des Alpes-Maritimes, où il sera notamment en charge, pour la gendarmerie, de la sécurisation de plusieurs sommets internationaux, dont celui du G20 en 2011, à Cannes. Le 1er juin 2020, élevé au rang et appellation de général de corps d’armée, il devient le nouveau commandant de la région Nouvelle-Aquitaine. Fonction qui le conduira là encore à gérer de nombreux événements d’ampleur, tels que la traque en Dordogne.

Particulièrement apprécié pour sa rigueur et sa militarité, le général Petillot occupera également, entre ses affectations opérationnelles, des postes de gestion au sein de la direction générale de la gendarmerie nationale. Adjoint au Sous-directeur administratif et financier (SDAF), il est ainsi chargé de la conception et de la conduite de l’adaptation de la gendarmerie à la Loi organique relative aux lois de finances (LOLF). En 2011, après son temps de commandement à la tête du groupement des Alpes-Maritimes, il intègre le cabinet du directeur général (DGGN) de l’époque, le général d’armée Denis Favier. Six ans plus tard, c’est sous le commandement de son successeur, le général Richard Lizurey, que le général Petillot revient en tant que chef de cabinet, fonction durant laquelle il va, au plus près du DGGN et du major général, contribuer au pilotage des grands dossiers de l’institution et à la gestion de différentes crises, telles que l’évacuation de la zone illégalement occupée de Notre-Dame-des Landes, les manifestations des « Gilets jaunes », la pandémie de Covid-19, etc.

Breveté de l’école de guerre et du cycle des hautes études économiques, par ailleurs auditeur de l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN), le général de corps d’armée André Petillot est commandeur de l’ordre national du mérite et officier de la Légion d’honneur.

 

Contacter la gendarmerie

Numéros d'urgence

  • Police - Gendarmerie : 17
  • Pompier : 18
  • Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU) : 15
  • Sourds et malentendants : www.urgence114.fr ou 114 par SMS
  • Urgence Europe : 112

Sécurité et écoute

  • Enfance en danger : 119
  • Violences conjugales : 39 19
  • Maltraitance personnes âgées ou en situation de handicap : 39 77