Lancement du premier Workshop CERBERUS

Ce premier Worshop se tient au Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale du 4 au 8 Novembre 2019. Ce Workshop rassemble 7 pays, 9 institutions et 23 experts.

  

Le projet CEBERUS, co-financé par le Fond de Sécurité Intérieure de la Commission Européenne, a pour principal objectif la mise au clair de la donnée dans un contexte de lutte contre la criminalité organisée. L’IRCGN (France) est porteur du projet, avec pour partenaires le NFI (Pays-Bas) et l’Irlande (UCD Dublin).

Le cybercrime est un type de criminalité qui se développe de façon conséquente. En effet, de plus en plus de crimes dits “classiques” peuvent utiliser des outils informatiques. Cependant, contrairement au monde réel, où les preuves peuvent être collectées assez simplement, les preuves numériques sont cachées grâce aux nouvelles techniques telles que le « cloud », la cryptographie et les mots de passe complexes.

Les avancées technologiques et la normalisation de la cryptographie dans la vie de tous les jours ont considérablement augmenté le niveau de cyber-sécurité des utilisateurs et des entreprises de façon générale. Néanmoins, elles ont aussi permis aux cybercriminels de cacher leurs données numériques et de les rendre inaccessibles aux enquêteurs.

Ces mécanismes de sécurité ont rendu indispensable de mener de la R&D afin de trouver des vulnérabilités et de les exploiter pour retrouver les données en clair. De plus, les criminels, qu’ils soient de la criminalité organisée ou isolée (pédopornographie par exemple), utilisent régulièrement des téléphones « sécurisés ». Ces téléphones sont abandonnés et changés dès lors qu’ils sont cassés.

CERBERUS vise à créer une plateforme de cassage de mots de passe utilisable par tout pays de l’UE, hébergée au PJGN. Cette solution est complémentaire au service de cassage de mots de passe proposé par l’EC3 (Europol).

Cette plateforme permettra aux enquêteurs de casser les mots de passe utilisés par les criminels afin de protéger leurs données numériques (images/vidéos pédopornographiques, transactions bancaires, etc.) ainsi que leurs communications textes/vocales. Elle donnera donc aux juges des preuves numériques supplémentaires qui sont actuellement inaccessibles en raison de mots de passe forts et de chiffrement robustes.

Les deux principales valeurs ajoutées sont :

-       Extraire les secrets des périphériques chiffrés (téléphones, clefs USB, etc.), étape essentielle avant le cassage de mots de passe ;

-       Déchiffrer les données afin de fournir les preuves numériques pour condamner les criminels.

Composantes du projet CERBERUS :

-       Construction d’une plateforme de cassage européenne avec des GPU de dernière génération ;

-       Génération de dictionnaires et de règles pour accélérer les processus de cassage de mots de passe ;

-       R&D sur la sécurité matérielle et logicielle des périphériques analysés afin de mettre au clair les données chiffrées ;

-       R&D sur le fonctionnement des applications « cloud » et leur stockage afin de retrouver des données grâce à de nouvelles techniques inforensiques ;

Au final, CERBERUS permettra d’extraire le maximum d’informations des périphériques chiffrés à des fins judiciaires.

La dimension européenne du projet donnera la capacité à tous les états membres de l’UE d’extraire des données chiffrées et augmentera le rayonnement d’expertise de la Gendarmerie Nationale auprès des laboratoires européens. Cette expertise permettra notamment de fluidifier les échanges et d’augmenter les capacités en R&D de l’IRCGN.

Actualités


Un accident mortel avec délit de fuite élucidé en moins de 24 heures

Vendredi 28 août, dans le nord de la Charente, un chauffard percute deux...

Equidés mutilés : le commandant du SCRC sur BFM

Lundi 21 septembre 2020, le colonel Bouillie commandant le service central...

Opération de recrutement au PJGN

Le mercredi 23 septembre 2020, le Pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale...