Vidéoprotection

Parce qu'un projet de vidéoprotection envisagé au sein d'une commune n'est pas aussi simple à appréhender qu'il n'y parait, un élu et son équipe municipale doivent connaître la réglementation dans ce domaine et avoir une vision pragmatique de leurs besoins en la matière.

La réglementation :

  • la loi impose que tout système de vidéoprotection implanté sur la voie publique ou dans un espace ouvert librement au public fasse l'objet d'une demande d'autorisation auprès de la préfecture ;
  • vous avez obligation d'informer clairement le public de la présence d'un système de vidéoprotection ;
  • enfin, plusieurs normes techniques doivent être respectées.

 

Faire le bon choix :

Il est déterminant de bien réfléchir à l'utilisation qui sera faite du dispositif de vidéoprotection, car les moyens techniques déployés devront être adaptés. Il n'existe pas de caméra permettant de répondre de manière optimale à tous les objectifs.

Si vous désirez mettre en place un centre de supervision urbain (C.S.U) votre projet devra inclure la formation des opérateurs et un local adapté à cet usage.

Vous pouvez également utiliser la vidéoprotection sans opérateur en direct, avec une exploitation en différée suite à la commission d'un acte de malveillance.

Votre système n'est pas figé dans le temps et l'espace, anticipez sur le nombre de caméras que vous pourriez être amenés à installer et la capacité de stockage nécessaire sans perte de la qualité vidéo.

 

Pour vous aider : ayez le réflexe Référent Sûreté ! Ce dernier pourra vous conseiller et vous guider dans vos démarche. Vous pouvez le solliciter auprès du groupement de gendarmerie de votre département ou en vous renseignant auprès de votre brigade habituelle.

Plus d'information en téléchargeant la plaquette « Vidéoprotection »

Plus d'information sur le site de la CNIL : https://www.cnil.fr/fr/videosurveillance-videoprotection

 

Document(s) lié(s):

Actualités


Loading...Loading...Loading...Loading...