Elus et commerçants, ayez le réflexe : "référent sûreté" !

Présentation de ces spécialistes de la prévention technique de la malveillance en 4 questions.

 

1 – Qu'est ce que le référent sûreté ?

Chaque groupement de gendarmerie départementale et chaque Comgend disposent de référents sûreté affectés au sein d'une cellule dédié, la cellule prévention technique de la malveillance. 134 référents sûreté exercent ainsi leur mission à plein, secondés par un ou plusieurs référents sûreté (234 référents sûreté formés depuis 2007).

Le référent sûreté agit quotidiennement au profit des collectivités territoriales, des établissements publics ou privés, des entreprises et des particuliers afin de leur apporter une expertise et des conseils en matière de prévention technique de la malveillance.

Il bénéficie de l'appui local de 2 500 correspondants sûreté, positionnés au sein des unités du groupement.

Chaque communauté de brigades ou brigade territoriale autonome dispose d'au moins un correspondant sûreté exerçant sa mission sur le ressort de sa circonscription.

 

2 – Comment un élu ou un commerçant peut-il saisir le référent sûreté ?

Une première prise de contact informelle avec la brigade de gendarmerie ou le référent sûreté permet de définir le travail à réaliser et en circonscrire le périmètre.

• En fonction du choix de restitution décidé par le référent sûreté, une saisine écrite peut être nécessaire :

- Consultations de sûreté : demande orale ou écrite au commandant de brigade de gendarmerie locale.

- Diagnostics ou audits de sûreté : écrit adressé au commandant de groupement de gendarmerie ou au préfet de département.

• Les demandes sont étudiées en fonction de leur faisabilité avec une évaluation du degré de priorité.

 

3 – Que fait le référent sûreté ?

1 - La sensibilisation à la prévention technique de la malveillance :

conseils génériques lors de forums, salons, réunions, ou prises de contact sur site.

2 - La consultation de sûreté :

conseils formulés oralement au demandeur (particuliers, commerçants, artisans, bailleurs, entreprises, etc...).

3 - Le diagnostic de sûreté :

document écrit comportant des préconisations de sûreté humaines, organisationnelles et techniques, sur un site exposé à un risque particulier.

4 - L'audit de sûreté :

étude écrite approfondie élaborant une stratégie de mise en sûreté globale sur un site présentant un intérêt stratégique et opérationnel pour la gendarmerie de l'État.

5 - Les études de sûreté et de sécurité publique (ESSP) :

réalisées par des tiers; les ESSP sont évaluées par le référent sûreté avant d'être validées par la sous commission départementale de sécurité publique.

6 - Le diagnostic de vidéoprotection :

le référent sûreté peut conseiller les collectivités territoriales dans la mise en place d'un dispositif de vidéoprotection. Son avis est requis pour l'attribution d'une subvention du fonds interministériel de prévention de la délinquance.

7 - La prévention des tueries de masse ou des actes terroristes :

le référent sûreté évalue les dispositifs existants ou dispense des conseils permettant de renforcer la protection des sites.

8 - La sécurité du transport de fonds :

le référent sûreté représente la gendarmerie au sein des commissions départementales de sécurité des transports de fonds.

 

4 – Le saviez vous ?

 

  • La formation initiale des référents sûreté est mutualisée avec la police nationale. Elle comprend cinq modules d'une semaine, échelonnés sur une année. La formation des correspondants sûreté est déconcentrée au sein des groupements de gendarmerie départementale. Dispensée par les référents sûreté, la formation des correspondants sûreté dure trois journées, suivies d'une mise en pratique, sur le terrain, de la consultation orale de sûreté.

 

  • Dans un souci déontologique, le référent sûreté n'oriente jamais les demandeurs vers un prestataire de service pour la réalisation des travaux préconisés.

 

  • QUELQUES MISSIONS SIGNIFICATIVES :

- Sécurisation des établissements et lieux recevant du public face à la menace terroriste : établissements scolaires, hospitaliers, salles de spectacles, manifestations festives ou culturelles de plein air.

- Plans cambriolages.

- Plans agricoles.

- Plan tourisme.

- Commission départementale transport de fonds.

- Commission départementale vidéo-protection.

- Consultations sites SEVESO.

Retrouvez en téléchargement la plaquette d'information.

Document(s) lié(s):

Actualités


Loading...Loading...Loading...Loading...