La gendarmerie participe à un exercice d’interopérabilité des systèmes de communication

  • Par Antoine Faure
  • Publié le 24 avril 2024
Hélicoptère bleu de la gendarmerie au premier plan, blanc du SAMU au deuxième plan, et rouge et jaune de la sécurité civile au troisème plan, en phase de décollage.
© GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE

Un exercice d’interopérabilité s’est déroulé au début du mois d’avril pour tester les communications entre des moyens tactiques au sol et des hélicoptères de la gendarmerie, de la sécurité civile et du SAMU.

Sur le tarmac de l’héliport d’Issy-les-Moulineaux, les trois hélicoptères rappellent immanquablement les couleurs du drapeau français : le bleu de la gendarmerie, le blanc du SAMU et le rouge (et jaune) de la sécurité civile. Respectivement nommés Griffon, HéliSMUR et Dragon 75. La fenêtre météo est idéale, chose assez inespérée après les fortes pluies de la matinée.

À proximité de la tour de contrôle, le briefing commence. Le lieutenant-colonel Stéphane Raclot, de l’état-major interarmées pour le territoire national, expose les enjeux : « Les armées vont mettre une capacité hélicoptère à disposition pour la sécurisation des Jeux Olympiques de Paris. Il est important de garantir une bonne communication entre les pilotes de ces appareils de sécurité, de secours et de santé et les effectifs à terre. C’est l’objectif de cet exercice. »

  • Hélicoptère bleu de la gendarmerie au premier plan, encore au sol, et hélicoptère blanc du SAMU au second plan, en phase de décollage.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Un pilote de la gendarmerie descend de l'hélicoptère posé au sol.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Hélicoptère de la gendarmerie en phase de décollage.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Officier de liaison, pilotes et mécaniciens de la gendarmerie, membres de l'armée de terre et de la Sécurité civile, devant l'hélicopère de la gendarmerie avant le début de l'exercice.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Hélicoptère bleu de la gendarmerie au premier plan, encore au sol, et au second plan briefing des pilotes avant l'exercice.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Briefing des pilotes avant le début de l'exercice par le lieutenant-colonel Stéphane Raclot, des sapeurs-pompiers
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Briefing des pilotes avant le début de l'exercice par le lieutenant-colonel Stéphane Raclot, des sapeurs-pompiers
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Hélicoptère bleu de la gendarmerie au premier plan, encore au sol, et hélicoptère blanc du SAMU au second plan, en phase de décollage.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Un pilote de la gendarmerie descend de l'hélicoptère posé au sol.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Hélicoptère de la gendarmerie en phase de décollage.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Officier de liaison, pilotes et mécaniciens de la gendarmerie, membres de l'armée de terre et de la Sécurité civile, devant l'hélicopère de la gendarmerie avant le début de l'exercice.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Hélicoptère bleu de la gendarmerie au premier plan, encore au sol, et au second plan briefing des pilotes avant l'exercice.
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Briefing des pilotes avant le début de l'exercice par le lieutenant-colonel Stéphane Raclot, des sapeurs-pompiers
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE
  • Briefing des pilotes avant le début de l'exercice par le lieutenant-colonel Stéphane Raclot, des sapeurs-pompiers
    © GEND/SIRPA /GND B. LAPOINTE

Les trois hélicoptères ont donc effectué un tour de Paris, validé par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), autour de trois plots : héliport, fort de Charenton et fort de la Briche, à Saint-Denis. Avec, à chaque étape, un contact radio avec les équipes tactiques au sol. « Le passage de ces plots a permis de valider l’interopérabilité des systèmes d’information et de communication. Les Jeux Olympiques jouent un rôle d’accélérateur de cette interopérabilité, qui pourrait avoir vocation à se déployer ensuite sur le territoire national », estime le lieutenant-colonel Jean-Yves Bourgois, officier de liaison auprès de l’état-major interarmées pour le territoire national.

« Cette capacité de communication sol-air acquise par les armées pourra être utilisée pour l’ensemble des événements et des opérations, à la fois par les moyens terrestres, mais aussi par ceux de l’Aviation légère de l'armée de Terre (ALAT), complète le lieutenant-colonel Raclot. Que ce soit pour des inondations, des feux de forêt, des transports secondaires au profit du SAMU, ou des reconnaissances dans le cadre d’enquêtes ou de recherches, en concours ou sur réquisition, avec la gendarmerie nationale. »

GEND/SIRPA/V. MARTIN

 

Ces contenus peuvent vous intéresser

Numéros d'urgence

  • Police - Gendarmerie : 17
  • Pompier : 18
  • Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU) : 15
  • Sourds et malentendants : www.urgence114.fr ou 114 par SMS
  • Urgence Europe : 112

Sécurité et écoute

  • Enfance en danger : 119
  • Violences conjugales : 39 19
  • Maltraitance personnes âgées ou en situation de handicap : 39 77