Comment se prémunir contre les escroqueries aux faux ordres de virement ?

  • Par la rédaction du site Gendarmerie nationale
  • Publié le 13 janvier 2023

De plus en plus fréquentes, les escroqueries aux faux ordres de virement touchent non seulement les grandes entreprises, mais aussi les PME, les artisans et les collectivités territoriales.

Quelles sont les menaces ?

L’escroquerie aux faux ordres de virement consiste en un appel téléphonique ou l’envoi d’un mail utilisant une identité fictive ou usurpée, le plus souvent en soirée, pendant les vacances ou au milieu d’un pont, quand l’équipe comptabilité est réduite. Généralement, il s’agit du président de la société ou de son avocat faisant part d’une situation confidentielle nécessitant un transfert de fonds non planifié de toute urgence.

Rassuré parfois par un autre appel d’un second dirigeant, votre employé effectue le transfert. Votre entreprise vient d’être victime d’une escroquerie aux faux ordres de virement (FOVI), également appelée « arnaque au Président ».

Il existe de nombreuses variantes de cette escroquerie. Citons à titre d’exemple :

  • L’usurpation de l’identité d’un fournisseur afin de réaliser une modification des coordonnées bancaires ;
  • Une demande de mise en conformité obligatoire de votre entreprise pour respecter la réglementation en vigueur relative à l’accueil des handicapés ou le RGPD.

Comment s’en prémunir ?

Le respect de trois grandes orientations limite la surface d’attaque des escrocs :

Dans un monde de plus en plus connecté, il convient de protéger certaines informations essentielles à la sécurité de votre entreprise et qui n’ont pas d’intérêt économique à être connues de tous. Ainsi, l’identité des personnes habilitées à réaliser des mouvements ou des changements de coordonnées bancaires doit impérativement être protégée.

Dans le domaine des escroqueries aux faux ordres de virement, l’humain est bien souvent le maillon faible du système. Il convient donc de réaliser des campagnes de sensibilisation fréquentes notamment sur le risque du phishing.

Ce process doit être parfaitement connu des personnes habilitées. Il doit obligatoirement nécessiter une procédure de vérification et de validation hiérarchique interne non dérogeable.

Que faire en cas d’escroquerie ?

Si vous pensez avoir été victime d’une telle escroquerie, agissez méthodiquement :

  • Identifiez les virements frauduleux et avertissez au plus vite votre banque pour rappeler les fonds. Chaque seconde passée diminue drastiquement les chances de récupérer votre argent.
  • Conservez les preuves et contactez la brigade de gendarmerie ou le commissariat de police dont vous dépendez. Vous pouvez également poser vos questions 24heures/24 et 7jours/7 à la brigade numérique.
  • Identifiez les différentes failles de sécurité qui ont conduit à cette escroquerie et corrigez-les en conséquence.

Bon à savoir :

Des enquêteurs spécialement formés aux investigations économiques et financières prendront en charge votre dossier afin d’identifier les auteurs et de les interpeler. Si les fonds sont d’ores et déjà situés à l’étranger, les forces de l’ordre tenteront de les faire bloquer via la coopération internationale.

Contacter la gendarmerie

Numéros d'urgence

  • Police - Gendarmerie : 17
  • Pompier : 18
  • Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU) : 15
  • Sourds et malentendants : www.urgence114.fr ou 114 par SMS
  • Urgence Europe : 112

Sécurité et écoute

  • Enfance en danger : 119
  • Violences conjugales : 39 19
  • Maltraitance personnes âgées ou en situation de handicap : 39 77

Ces contenus peuvent vous intéresser