3018, le nouveau numéro contre les violences numériques

Depuis le 13 avril dernier, le numéro vert Net écoute est devenu le 3018. Toujours opérée par l’association E-Enfance, la nouvelle plateforme se veut plus simple et plus efficace, pour prévenir et lutter contre les violences numériques dont sont victimes les enfants et les adolescents dans leur quotidien. Une situation encore plus préoccupante depuis le début de la crise sanitaire, marquée par une très forte augmentation du temps d’exposition aux écrans et par conséquent aux menaces numériques.

Selon le secrétariat d’État chargé de l’enfance et des familles, la crise sanitaire touche lourdement les enfants, et ce à plus d’un titre. En effet, aux conséquences économiques, générant une plus grande précarité matérielle et alimentaire dont toute la famille pâtit, s’ajoute une sédentarité accrue des enfants, avec un déport des liens sociaux, des loisirs et de l'enseignement sur la sphère numérique. Ainsi, « pendant le premier confinement, 93 % des enfants et des adolescents ont dépassé les recommandations, situées à moins de 2 heures d’utilisation d’écrans par jour. » Cette augmentation du temps passé devant les écrans, de l’ordre de 62 % au cours de cette période, a fait des enfants et des adolescents des cibles de choix pour les cyberdélinquants d'opportunité et les prédateurs.

La situation n’est pas nouvelle, puisqu’en 2018, « selon un sondage Opinionway, à 12 ans, près d’un enfant sur trois a déjà été exposé à du contenu pornographique en ligne et un adolescent sur dix déclare avoir déjà été victime de violences en ligne. » Mais la crise sanitaire a aggravé le problème, avec une recrudescence marquée des phénomènes de cyberharcèlement, de sextorsion, de revenge porn et de chantage à la webcam. En septembre 2020, la plateforme d’écoute lié à des cyberviolences Net Écoute a ainsi connu une augmentation des sollicitations de l’ordre de 26 %.

3018, un nouveau numéro simple, centralisé et efficace

Dans le cadre du plan urgence enfance face au COVID-19, plusieurs mesures ont donc été prises pour faire face aux différentes problématiques liées à la crise sanitaire. Ainsi pour prévenir et lutter contre toutes les formes de violence numérique, le secrétaire d’État chargé de l’enfance et des familles, en partenariat avec l’association e-enfance lance un numéro à quatre chiffres : le 3018, pour lutter contre les dangers numériques et accompagner les jeunes victimes.

« Les cyberviolences, dont le cyber-harcèlement, sont une composante majeure des violences que subissent aujourd’hui les jeunes, car elles interviennent dans un espace où les enfants et les adolescents sont souvent livrés à eux-mêmes. Le 3018 est le pendant numérique du 119 (numéro de l’enfant en danger). Il a vocation à aider, soutenir et accompagner toutes les jeunes victimes de cyberviolences. Pour que les jeunes puissent bénéficier pleinement des opportunités qu’offre le numérique, nous devons leur assurer une protection contre toutes les formes de violences qui les menacent, y compris celles exercées en ligne. Les cyberviolences n’ont de "cyber" que le nom. Elles ont des conséquences bien réelles, au-delà de la sphère numérique », a déclaré Adrien Taquet, Secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, dans un communiqué de presse.

Se voulant plus simple et plus efficace, cette nouvelle plateforme remplace ainsi le 0800 200 200 de Net Ecoute, géré depuis 2009 par l’association reconnue d’utilité publique E-Enfance. Toujours opéré par E-Enfance, ce nouveau numéro, gratuit, anonyme et confidentiel, est accessible par téléphone 6 jours sur 7, de 9 heures à 20 heures. Le service est également disponible sur 3018.fr par tchat en direct, via Messenger et WhatsApp.

Conseils et accompagnement

Composée de psychologues, de juristes et de spécialistes des outils numériques, l’équipe du 3018 est formée à la protection des mineurs sur Internet et à l’accompagnement des parents dans leur rôle d’éducation à l’usage du numérique.

Pendant numérique du 119, le 3018 se pose ainsi en point d’entrée unique pour conseiller et orienter les adolescents et leurs parents sur toutes les questions liées aux usages numériques des jeunes : cyber-harcèlement, revenge porn, chantage à la webcam, surexposition aux écrans, jeux vidéo, exposition à des contenus violents et pornographiques, contrôle parental, paramétrage de compte sur les réseaux sociaux ou encore piratage de compte, usurpation d’identité, etc.

Suppression d’un compte ou d’un contenu illégal

Tiers de confiance, « trusted flagger » auprès des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Snapchat, Instagram, TikTok, Twitch, Youtube, Roblox, Discord, Yubo), le 3018 dispose également d’une capacité d’intervention unique en France, lui permettant, via une procédure de signalement accélérée, d’obtenir en quelques heures, à la demande des jeunes victimes ou de leur responsable, la suppression de contenus ou de comptes illégaux qui leur porteraient préjudice.

Outre cette mission de signalement, l’équipe du 3018 accompagne, si nécessaire, la victime dans ses démarches auprès des autorités compétentes et l’oriente vers les services spécialisés.

Partenaire des acteurs numériques institutionnels et des autorités indépendantes qualifiées, notamment le CSA, la CNIL, Hadopi, le Défenseur des Droits ou encore l’ANJ, et conventionné avec la plateforme Pharos, la Brigade numérique de la gendarmerie nationale et le 119-Enfance en danger, le 3018 est ainsi au cœur du dispositif de la protection de l’enfance.

Actualités


Loading...Loading...Loading...Loading...