Du débris au véhicule ; l'expérience des experts au service de la vérité

Le Maréchal des Logis Chef M. est Expert Non Inscrit en débris du département Véhicules. Découvrez son parcours et ses activités au sein de ce département au travers de cet article.

Quel a été votre parcours avant d'intégrer l'IRCGN?

Après un BTS en conception de produits industriels, j’ai poursuivi avec une licence spécialisée dans la conception de véhicules automobiles.  Ne parvenant pas à faire le métier pour lequel j’avais étudié, j’ai décidé de changer de voie.

Comme j'ai toujours trouvé dommage de ne pas avoir eu l'opportunité de faire le service militaire – il a été abrogé alors que j'avais 16 ans -, je me suis orienté vers une carrière en Gendarmerie.

Comment avez-vous intégré l’IRCGN?

Bien que je n'ai jamais envisagé de vivre en région parisienne, j'ai pourtant intégré la Garde Républicaine en sortie d'école de Sous-Officier.

Ma volonté de retourner dans le civil était alors croissante jusqu'à ce que j'apprenne l'existence de Gendcom, un site référençant les appels à volontaires en interne.
C'est ainsi que j'ai quitté la Garde Républicaine pour un poste de technicien en identification mécanique au sein du département Véhicules à l'IRCGN, après deux ans et demi d'exercice.

Quelle est votre activité au sein du département Véhicules de l'IRCGN?

Un grand nombre de véhicules sont utilisés pour la commission d'infractions, au cours desquelles  l'automobile peut perdre des éléments de carrosserie et/ou laisser des empreintes de pneumatique.

L'unité d'expertise d'Identification Mécanique reçoit le prélèvement de ces débris avec pour mission la détermination d'une marque et d'un modèle de véhicule pouvant correspondre.

Une fois ces informations déterminées, nous recherchons dans le Système d’Immatriculation des Véhicules (SIV) des correspondances possibles via des critères préalablement définis. La date de fabrication, une couleur bien précise, ou encore la finition des véhicules sont de précieux éléments d’identification. Toutes ses informations nous permettent une interrogation pertinente des bases « constructeurs ». Les résultats de ces différentes sources sont ensuite croisés pour ne finalement sélectionner que les véhicules adéquats et réduire le nombre de véhicules sur la liste transmise au requérant.

Si nous ciblons juste, le véhicule est rapidement retrouvé.

A partir d'une empreinte de pneumatique, nous sommes en mesure d'identifier la marque, le modèle, et la taille de pneu à l'origine de la trace. Ou encore, il nous est possible d'exclure des modèles de véhicules à l'origine de la trace.  Ce sont de précieuses informations à délivrer aux unités opérationnelles.

Enfin, le département Véhicules est en charge de l'identification de véhicules maquillés. Dans le cadre de trafics de véhicules, les auteurs cherchent à les maquiller, en les faisant passer pour d’autres. Les équiper de pièces volées est un bon exemple. Notre objectif est de déterminer le type de maquillage utilisé, identifier les pièces maquillées, ou le véhicule d'origine.

Je conclurai en disant que mon activité en sein du département Véhicules de l'IRCGN est très variée et ponctuée de nombreux déplacements, ce qui permet d'éviter la monotonie.

Comment voyez-vous votre avenir en Gendarmerie?

Mon activité en tant que technicien en identification mécanique est passionnante et variée. Elle me permet de plus d'allier le sujet de mes études au métier de Gendarme.

De plus, j'évolue au sein de mon service : j'ai par exemple obtenu l'examen d'Officier de Police Judiciaire, qui devrait faciliter mes échanges avec les magistrats et les unités opérationnelles.

Auriez-vous un conseil à donner aux étudiants ou  jeunes actifs qui souhaiteraient faire carrière en Gendarmerie?

C'est un très beau métier ; être au service de ses concitoyens est très gratifiant.
C'est néanmoins un métier très exigeant qui requiert un réellement investissement personnel.

Il faut que le métier de gendarme soit une vocation pour ne pas subir sa carrière. Cela implique que le milieu militaire ne doit pas être un obstacle, ainsi qu'être conscient des impératifs de mobilité, entre autre.

Il est préférable de se renseigner sur les modalités de recrutement et de carrière possible, auprès du CIR de sa région par exemple ou sur le site de la gendarmerie.

 

Actualités


Le puzzle macabre de la gendarmerie scientifique après les crues du 2 octobre

"Plus le temps passe, plus ça se complique": à Nice, les scientifiques...

Tempête Alex : la mission de l'UGIVC

Après le passage de la tempête Alex dans les vallées de la Roya...

Tempête Alex : Projection de l'UGIVC

L’unité d’identification de victimes de catastrophe #IRCGN a...