Fixer la scène de crime : le gel des lieux, une expertise à part entière au service de l'enquête

La phase de constatations d'une scène de crime ou d'accident a toujours été la pierre angulaire de toute enquête judiciaire. Un bon gel des lieux permet de mettre sur de bons rails l'enquête, qui devra aider à la manifestation de la vérité. Aujourd'hui, de nombreux matériels de haute technicité et nécessitant des connaissances de haut vol, permettent aux experts en gel des lieux, de conserver l'état de n'importe quelle scène de crime ou d'accident.

Le gel des lieux au siècle dernier

Les notions de distance et de mesure sont fondamentales au moment des constatations sur une scène de crime. Matérialiser la juste position des différents éléments, que sont : une victime, des indices ou bien des traces éventuelles laissées par un auteur, est essentiel pour aider à la manifestation de la vérité.

Au début du siècle, les enquêteurs du service de l'identité judiciaire recourent à la photographie métrique, qui sont entourées d'échelles graduées, pour permettre de mesurer des distances sur les clichés. A l'époque, l'utilisation d'un perspectomètre (abaque redresseur) permet de réaliser des croquis planimétrique de l'espace photographié.

A la fin du siècle, les techniques ont peu évolué. Les tests centimétriques ont remplacé les échelles graduées, et les croquis de scènes de crime sont réalisées à la main, ou assistés par ordinateur, directement par le technicien de scène de crime. Croquis dont la précision et la qualité sont dépendant du talent du dessinateur envoyé sur la scène.

2007 : arrivée du scanner laser à l'IRCGN

Cela fait aujourd'hui déjà 10 ans, que l'IRCGN est équipé de cet appareil qui a révolutionné les constatations en criminalistique. Grâce au rayon laser qui est envoyé à 360° dans l'ensemble de la scène dans laquelle est placé l'appareil, l'expert effectue un véritable gel des lieux numérique. Le résultat : un modèle 3D à l'échelle, de la scène de crime ou d'accident, et de l'ensemble de ses traces et indices.

Au delà de la simple fixation de la scène, ce modèle 3D peut être utilisé par différents experts du laboratoire : l'expert en gel des lieux pourra effectuer des mesures de distance, le balisticien pourra visualiser des trajectoires balistiques ou bien encore l'expert en morpho-analyse de traces de sang proposer des scénarii du crime directement depuis le modèle de la scène.

Le modèle 3D peut aussi utilement être projeté devant une cour d'assises, qui pourra alors mieux appréhender la configuration d'une scène.

2011 : Création du Groupe Etat des Lieux (GEL) de l'IRCGN

C'est en 2011, qu'un nouveau pallier est franchi, avec la création d'un groupe spécialement formé et équipé, dont la fonction première est le gel des lieux.

Ce groupe est armé de plusieurs matériels, comprenant de nombreux capteurs pour lesquels il est nécessaire de connaitre les fonctionnalités et limites de chacun afin d'accomplir la mission Gel des lieux le plus précisément possible. Ceci représente le premier niveau de l'expertise des personnels du GEL : le choix du ou des meilleur(s) capteur(s), au regard de la configuration de la scène à prendre en compte et du besoin des enquêteurs. Ce qui implique une parfaite connaissance des équipements et des capacités.

Parmi ces matériels armant le GEL, et en plus du scanner laser précédemment décrit, nous pouvons citer : le tachéomètre et le GNSS (GPS de précision), outils du géomètre. Ces deux matériels permettent aux experts en gel des lieux de récupérer les coordonnées locales ou géographiques de l'ensemble des traces et indices d'une scène de crime ou d'accident, pour en dresser une véritable cartographie.

Le drone est aussi un moyen fort utile au groupe état des lieux de l'IRCGN,  notamment par la prise en compte d'une vaste zone de manière simple et rapide. Les images aériennes, ainsi réalisées, sont utilisées pour générer, grâce à la photogrammétrie, des nuages de points ou des ortho-photographies de la scène survolée.

La mise en œuvre de tous ces matériels nécessitent des connaissances pointues dans plusieurs domaines différents : l'acquisition tri-dimensionnelle, la topographie, ou bien encore le télépilotage de drones. Ceci représente le deuxième niveau d'expertise des personnels du GEL : une capacité à mettre en œuvre des dispositifs métrologiques complexes.

Enfin, l'expertise des personnels du GEL se retrouve aussi dans sa capacité à transmettre les résultats de leurs acquisitions faites sur le terrain ou comment rendre compréhensible, abordable et exploitable par des non experts en modélisation 3D ou en topographie, des cartes ou des modèles 3D de scènes de crime et d'accident.

La visite virtuelle et la réalité virtuelle : où comment rendre accessible l'acquisition d'une scène

Les données acquises sur le terrain peuvent aussi être utilisées pour permettre de visualiser une scène, et y naviguer de manière virtuelle, sans se rendre sur les lieux ; évitant ainsi toute pollution de la scène en question.

La visite virtuelle est une excellente solution de documentation de scène. Cette dernière peut ainsi être observée sur ordinateur ou sur smartphone ou tablette. Des zones cliquables sont définies, et permettent de passer d'une pièce d'un appartement à une autre par exemple, ou bien de charger des photographies, montrant en gros plan des indices plus particulièrement intéressant.

    

                                                                                                                                                                                                                                                     

La réalité virtuelle quant à elle, permet d'être projeté et de se positionner au cœur de la scène et de visualiser les lieux comme si le porteur du casque était sur place.

Véritable révolution dans la manière de visualiser une scène, cette technologie peut permettre à des autorités administratives ou judiciaires, ou bien encore à des jurés, d'appréhender dans des conditions optimales la configuration d'une scène, tout en la préservant.

Pour en profiter, il convient de disposer d'un casque de réalité virtuelle, qui viendra accueillir un smartphone qui se chargera de la projection de la scène.

En conclusion, le GEL, groupe multi-disciplinaire, apporte son expertise pour la fixation de scènes de crime ou d'accident les plus complexes.

Fort de son expérience acquise sur des scènes majeures (scènes terroristes, crashs aériens (dont certains en zone de haute montagne), accidents de grande ampleur, qu'ils soient ferroviaires, routiers et maritimes, scènes de crime intérieures et extérieures...), ce groupe apporte une solution technique la plus pertinente en fonction de la scène rencontrée. Le GEL permet de fournir au réquérant tous les éléments sur l'état d'une scène tels qu'ils étaient lors de la phase de constatation ; garantissant ainsi et pérénisant cet état fidèle de la scène.

Actualités


Les experts du PJGN à Satory pour l’Edition spéciale du 14 juillet sur France2

VU SUR FRANCE 2 : " Reconstitution d'une scène de crime en direct"

Le PJGN impliqué lors de contrôles coordonnés d'envergure

Le 9 juin 2021 était organisée une vaste opération de contrôle...

Des travaux de recherche universitaires co-financés par la Gendarmerie : pourquoi pas le vôtre ?

La Gendarmerie a décidé de co-financer des travaux de recherche universitaires...

23/06/2016

Département Signal Image Parole (SIP)

Créé en 1993, le département signal image parole couvre l’ensemble des domaines d’expertise liés à l’analyse...