Mise au point d'une méthode rapide d'analyses par micro-extraction sur phase solide couplée à la GC avec choix d'une colonne métallique et disposition d'un ensemble transportable avec un minimum de matériels connexes

Mots clefs 

Éléments de réponse rapides - appareil analytique transportable - absence de solvants - absence de fluides - accélérant - SPME - chromatographie en phase gazeuse.

Résumé 

A ce jour, l'ensemble des analyses concernant la recherche et l'identification d'éventuels produits accélérants dans des prélèvements réalisés sur une scène d'incendie, est effectué en laboratoire. Or, cette nécessité implique des délais relatifs à :

  • la confection des scellés par l'enquêteur,
  • l'acheminement des scellés au laboratoire,
  • la prise en compte du dossier et des scellés par le technicien du laboratoire,

avant que les analyses ne puissent être effectuées.

Les délais sus cités, incompressibles et incontournables, représentent de ce fait une entrave à la rapidité d'une enquête.

En effet, les Techniciens en Investigations Criminelles (TIC), ainsi que les personnels des laboratoires en sciences forensiques, lorsqu'ils effectuent leurs opérations de police technique et scientifique sur une scène d'infraction relative à un incendie, ne peuvent disposer d'une réponse immédiate quant à la présence ou non d'un produit accélérant dans les prélèvements effectués. Par conséquent, ils ne peuvent également juger de façon scientifique et objective de l'opportunité de conserver un prélèvement et de le sceller.

 

Une alternative à cette difficulté est de pouvoir être en mesure de fournir immédiatement, sur le lieu incendié, des premiers éléments de réponse concernant l'analyse de prélèvements effectués, autres que ceux d'un détecteur d'hydrocarbures qui ne sont pas discriminants.

 

En effet, bien que des matériels portatifs tels que le détecteur d'hydrocarbures (composés organiques volatils), permettent déjà d'offrir des éléments de réponse sur le lieu d'un site incendié, le gain d'information reste limité étant donné que :

  • la gamme de détection d'un tel appareil est restreinte,
  • seule une information sur la présence ou l'absence d'hydrocarbures est fournie, et dans le cas d'une détection, ce type d'appareil ne peut les attribuer à un produit accélérant en particulier ou à la dégradation d'une matrice. Il ne s'agit donc que de la détection de composés organiques volatils au sens large du terme.

Les appareils analytiques du laboratoire nous fournissant les informations nécessaires à la mise en évidence et à l'identification d'un produit accélérant, une solution à la problématique posée est d'adapter un appareil du type de ceux dont nous disposons en laboratoire, afin de le rendre transportable sur un site incendié.

L'étude a donc pour objectif de mettre en fonctionnement un tel matériel, en réduisant le temps nécessaire à la mise en œuvre de la stratégie analytique dans notre laboratoire, en adaptant une méthode rapide d'analyses, en utilisant un appareillage équivalent à celui mis en œuvre dans notre unité d'expertise, mais transportable en tout lieu et pouvant rapidement être opérationnel.

S'agissant d'un appareillage transportable, il faut également s'astreindre à transporter un minimum de matériel, de solvants et réactifs chimiques.

Ces contraintes nous amènent à adopter la technique de la micro extraction sur phase solide qui nous permettra de nous affranchir des contraintes matérielles et de temps liées au chauffage de l'échantillon, tout en permettant une meilleure concentration de l'échantillon par rapport à la méthode utilisée au laboratoire d'extraction par espace de tête passif.

 

2016

Actualités


Loading...Loading...Loading...Loading...