"Pour les beaux yeux de Léoncie" : Une enquête élucidée 92 ans plus tard !

[DOCUMENTAIRE SUR FRANCE CULTURE - à ne pas manquer ] 

> Réécouter l'émission en PODCAST diffusée les samedi 1 et dimanche 2 février  2020 DE 13H30 À 14H 

UNE HISTOIRE PARTICULIÈRE, UN RÉCIT DOCUMENTAIRE EN DEUX PARTIES

1913, le jeune Mouttet disparaissait mystérieusement un soir après avoir passé la veillée dans un café de Gresse. Il était accompagné ce soir là de son ami Léopold Girard. Ils avaient un autre point commun : ils étaient amoureux de la même jeune femme.

A Gresse-en-Vercors, le monument au mort où est inscrit le nom du suspect, Léopold Girard• Crédits :  Jean-Philippe Navarre - Radio France

En avril 2005,  des spéléologues amateurs retrouvent des éléments d'un squelette au fond de la grotte de Château-Vert qui surplombe le village de Gresse-en-Vercors. Alertés, les gendarmes vont même découvrir, en raclant le sol, une pipe en bois et un vieux porte-monnaie. A l'intérieur se trouve une pièce de 50 centimes datant de 1913. Cette pièce est le point de départ de l’enquête menée par des gendarmes pour éclaircir un meurtre vieux de 92 ans.

En 2 épisodes : Une enquête de gendarmerie élucidée 92 ans plus tard

Les enquêteurs vont apprendre que le village de Gresse-en-Vercors a toujours été marqué par une mystérieuse disparition datant de 1913 et jamais élucidée. Sur un vieux cahier appartenant à un gendarme de l'époque, Auguste Cuchet, on peut lire : "1913,  le jeune Mouttet, employé à la fruitière, disparaissait mystérieusement un soir après avoir passé la veillée dans un café de Gresse". Il était accompagné ce soir là de son ami Léopold Girard. Ils avaient un autre point commun : ils étaient amoureux de la même jeune femme.

Les gendarmes de La Mure (Isère) reprennent le dossier 92 plus tard. Les os retrouvés dans la grotte sont envoyés à l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie basé à l'époque à Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-denis). Les experts arrivent à déterminer que la victime souffrait d'une légère claudication. Or, sur le carnet militaire de Jean-Henri Mouttet, retrouvé par les enquêteurs, il est indiqué que le jeune homme a été exempté pour claudication. C’est bien lui la victime. Quant à son agresseur, Léopold Girard, il est mort en 1915, de pneumonie après une blessure pendant la 1ère guerre mondiale...

Avec le Colonel Corbel, le Lieutenant Charbonnel  et Jean Richebé chargés de l’enquête à l’époque. Extraits du carnet du gendarme Auguste Cuchet écrit en 1937 qui relate le faits divers de 1913 et aussi Céline Ferrero, journaliste au Dauphiné Libéré.

---> écouter le documentaire <---

------------

Bibliographie

- Bernard Freydier, Augustin, berger du Grand Veymont (histoire du pays gressois entre Vercors et Trièves, de 1852 à 1914), Editions Thot, 2017

- Marie, Marius et Augustin, La haute vallée de Gresse dans la tourmente, Editions Thot, 2019

Pour aller plus loin...

Article du Parisien"Une énigme criminelle résolue... 92 ans après", par Gilles Carle, le 20 novembre 2005

Article du Monde"La mort du fromager Mouttet, affaire classée", par Yves Bordenave, le 21 novembre 2005

Actualités


EUROPOL et SCRCGN une collaboration active et fructueuse

Une délégation de 16 officiers du SCRCGN conduite par le général...

Les produits de marquage codés au service de la santé

Dans le cadre de la pandémie Covid 19, les experts de l'IRCGN ont apporté...

Les experts du PJGN à Satory pour l’Edition spéciale du 14 juillet sur France2

VU SUR FRANCE 2 : " Reconstitution d'une scène de crime en direct"