Au PJGN, c’est la solidarité qui se propage… jusque dans les familles !

« Les gendarmes sont sympas » ce n’est pas une légende ! Et « qui se ressemble… s’assemble » !

Dans le quartier où logent les familles de gendarmes du PJGN, nombreuses sont celles connectées au même réseau Facebook « toute une histoire ! ». Force est de constater qu’en cette période de crise sanitaire, une belle chaîne de solidarité s’est mise en place dans ce micro-quartier…

Au « top des like », il y a Laure qui affiche un colis avec un énorme MERCI accompagné d’un message de gratitude « Un premier colis d’une cinquantaine de masques en tissu vient de partir pour les personnels soignants. Merci à tous ceux qui ont participé » et d’une mention spéciale pour Clarisse  «qui a fait un travail remarquable».Laure est sage-femme à l’hôpital de Saint-Cloud (92). En congé maternité, elle entretient des contacts avec ses collègues et ne les oublie pas : « ces masques sont destinés à servir pour les transports ou pour les soins « annexes » comme les échographies  ou servir aux agents d’accueil… » explique-t-elle et d’ajouter : « Ces masques protègent le patient si le soignant est contaminé et évite de mettre les mains à la bouche ce qui est un petit plus pour ne pas se contaminer. »

Les doigts de fées … toute une histoire !

En "off", Laure raconte volontiers toute l’histoire : « Je me suis lancée dans la confection de masques pour eux (dixit les collègues). Un matin, j’ai voulu demander de l’aide aux voisins et au moment de me connecter sur notre réseau Facebook, Clarisse, une voisine m’a spontanément proposé ses services… Elle a fait un travail vraiment remarquable. Nous avons donc commencé toutes les deux puis d’autres voisins s’y sont mis… ! »

Le colis est parti mais pour autant la petite industrie de ces doigts de fées philanthropes ne s’est pas arrêtée. Elle tourne même à plein régime : « Nous continuons d’en fabriquer pour ceux qui en voudront. Par exemple, une autre voisine nous a demandé un masque pour son fils qui commence un stage infirmier… »

Louise-Anne puis Sandrine viennent de renchérir la commande en publiant l’appel aux bonnes volontés pour fabriquer des blouses en tissu, pour les hôpitaux de Pontoise et Eaubonne.  Très vite, les réponses de nouveaux volontaires affluent…

Bons plans, astuces, appels à l’aide…

Caroline, elle, ce sont les bons plans qu’elle partage ! Il faut dire qu’en qualité de présidente de l’amicale du PJGN, elle détient un carnet d’adresses impressionnant : boulanger, charcutier, fermier, fromager… Elle a sollicité de nombreux artisans locaux qui lui proposent désormais des services intéressants et réguliers pour l’ensemble du personnel de la Gendarmerie.

Un peu plus bas sur le « mur" Facebook, « CityCaro » demande de l’aide. Elle recherche des boites à oeuf (vides)… et presque simultanément un commentaire apparait :  « j’en dépose sur le pas de l’entrée n°X bâtiment B  » car évidemment, les mesures barrières sont de mises.

« PanZo », lui, a besoin des horaires de la poste de Pontoise, là aussi, très vite il reçoit sa réponse. "Kplines" de son côté, lance une nouvelle idée d’activité et Fabrice quant à lui propose ses services d’assistant maternel sur le quartier à partir de la rentrée prochaine. Ça tombe bien, Nessie a besoin de faire garder sa fille…

Ainsi, chaque jour, de nouvelles actions collectives fleurissent, des interactions se structurent, s’improvisent.

Les logements des gendarmes du PJGN manquent peut-être de balcons mais la fenêtre ouverte sur ce réseau est un peu là pour remonter le moral en cette période difficile de confinement et si la propagation du virus provoque des fronts enfiévrés, celle de la solidarité, elle, fait chaud au cœur.

-----

Télécharger le "patron de masque en tissu" proposé par l'AFNOR 

Actualités


Projection d'une équipe d'experts incendie à la Réunion

Au 6ème jour de lutte contre l’incendie du Maïdo à la Réunion,...

Le PJGN recrute un(e) apprenti(e) en communication scientifique

Vous aimez les sciences, toutes les sciences (de l'ingénieur et de l'homme),...