Une nouvelle division pour élucider les "cold cases"

Ils ont fait parler l'ADN sur un mégot de cigarette 19 ans après les faits, et ont permis l'arrestation d'un suspect pour le meurtre de Chantal de Chillou, tuée en 2001 dans la Drôme.

Par Sandra Buisson, Florian Paume  pour CNEWS - le 11/10/2020 

Les gendarmes de la division Cold Case signent là leur première affaire résolue. Ils sont enquêteurs, psycho-criminologues, analystes et tentent de sortir de l'ornière les affaires non élucidées. Et pour y parvenir, même 20 ans après le crime, il faut se faire sa propre vision des faits.

 

 

Les avancées techniques et scientifiques sont également cruciales tandis qu'un à un, tous les éléments de la procédure sont rentrés dans le logiciel Anacrim. Qui était où et quand, pour faire quoi, au moment des faits. A ce jour, 14 crimes non élucidés sont en cours d'évaluation par la division Cold Case de la gendarmerie.

 

 

Actualités


Le puzzle macabre de la gendarmerie scientifique après les crues du 2 octobre

"Plus le temps passe, plus ça se complique": à Nice, les scientifiques...

Tempête Alex : la mission de l'UGIVC

Après le passage de la tempête Alex dans les vallées de la Roya...

Tempête Alex : Projection de l'UGIVC

L’unité d’identification de victimes de catastrophe #IRCGN a...