Une nouvelle division pour élucider les "cold cases"

Ils ont fait parler l'ADN sur un mégot de cigarette 19 ans après les faits, et ont permis l'arrestation d'un suspect pour le meurtre de Chantal de Chillou, tuée en 2001 dans la Drôme.

Par Sandra Buisson, Florian Paume  pour CNEWS - le 11/10/2020 

Les gendarmes de la division Cold Case signent là leur première affaire résolue. Ils sont enquêteurs, psycho-criminologues, analystes et tentent de sortir de l'ornière les affaires non élucidées. Et pour y parvenir, même 20 ans après le crime, il faut se faire sa propre vision des faits.

 

 

Les avancées techniques et scientifiques sont également cruciales tandis qu'un à un, tous les éléments de la procédure sont rentrés dans le logiciel Anacrim. Qui était où et quand, pour faire quoi, au moment des faits. A ce jour, 14 crimes non élucidés sont en cours d'évaluation par la division Cold Case de la gendarmerie.

 

 

Actualités


EUROPOL et SCRCGN une collaboration active et fructueuse

Une délégation de 16 officiers du SCRCGN conduite par le général...

Les produits de marquage codés au service de la santé

Dans le cadre de la pandémie Covid 19, les experts de l'IRCGN ont apporté...

Les experts du PJGN à Satory pour l’Edition spéciale du 14 juillet sur France2

VU SUR FRANCE 2 : " Reconstitution d'une scène de crime en direct"