ÉPISODE 2/2 : Laëtitia Perrais, les gendarmes et les quatre scènes de crime.

Série en exclusivité "Les jours" : à chaque crime, il y a une technique pour confondre le coupable. Deux journalistes de "les jours" en immersion au PJGN ont pu se glisser sous le microscope de l'Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN) pour raconter de l'intérieur les plus grandes enquêtes sur des meurtres que la science a aidé à résoudre.

Découvrez ici la seconde et dernière partie de l'épisode consacré à Laëtitia Perrais, les gendarmes et les quatre scènes de crime. «Les Jours» s’installent dans le labo de la gendarmerie, pour raconter de l’intérieur comment la science aide à résoudre les meurtres...

(Re)lire l'épisode 1

(...) Une nouvelle potentielle scène de crime doit maintenant être gelée, perquisitionnée et passée au peigne fin. Et elle est extrêmement vaste.

À côté de la maison, on retrouve la 106 blanche. Deux caravanes. Un hangar. Les restes d’un feu tout juste consumé. Devant l’ampleur de la tâche et la multiplicité des expertises nécessaires à l’analyse du lieu, le major Erceau demande à ce qu’une unité mobile de l’IRCGN se rende sur place. « Dans de telles circonstances, notre mission est de chercher les éléments qui nous permettront de relier, ou pas, l’individu interpellé avec l’événement qui est intervenu », expose, avec le débit rapide d’un homme qui n’aime pas que ça traîne, le colonel Christian Fillon, aujourd’hui directeur adjoint de l’IRCGN.

« Nous demandons à nos collègues sur le terrain de nous décrire tout ce qui s’y trouve, afin de déterminer quels experts il nous faut mobiliser», poursuit-il. En l’occurrence ici, des scientifiques spécialistes des traces d’ADN, des incendies, d’accidentologie automobile, de la « fixation » des scènes de crime, et de l’analyse des traces de sang.

Analyse de traces de sang dans l'un des laboratoires de l'#IRCGN

Du sang est en effet trouvé dans le coffre de la voiture, dans la maison et dans le hangar.

« L’ensemble des constatations effectuées le matin du 20 janvier nous a amenés à envoyer dix personnes sur place, équipées de tous les outils nécessaires à leur travail », décrit le colonel Fillon. « Nous nous devons d’être totalement autonomes lorsque nous sommes projetés sur une scène de crime. Nous avons des groupes électrogènes, des tentes, des tables, du matériel de protection, tout ce qui nous sera nécessaire pour effectuer les prélèvements et les analyses sur place. Nous nous déplaçons ensuite en camion ou en véhicule léger, dans le but d’arriver au plus vite sur les lieux », explique-t-il.

« C’est une course contre la montre. Il nous faut rechercher et prélever toutes les traces potentielles, de façon exhaustive. Or, certaines s’altèrent avec le temps. Des traces de pas dans la terre, s’il pleut. Des fibres laissées dans une maison et balayées par un courant d’air… » détaille, très pro, Christian Fillon, physicien de formation.

 

Le 1er février, une partie du corps de Laëtitia Perrais est découvert dans un étang. C’est une nouvelle scène de crime à fixer : l’investigation criminalistique reprend...

 

 

Le camion de l’IRCGN arrive au hameau du Cassepot, où se trouve la maison du cousin de Tony Meilhon, le 20 janvier au soir, une quarantaine d’heures après la découverte du scooter de Laëtitia par sa sœur. Ils trouvent dans le foyer éteint une lame de couteau, une lame de scie, un marteau, une hachette, une tenaille qui sert à découper du métal, les rivets d’un jean, une jugulaire de casque de moto, des agrafes de soutien-gorge et un petit morceau de boucle d’oreille.

« Je demande aussitôt qu’on aille chercher les bijoux de Laëtitia chez elle », se remémore le major Erceau. « On me rapporte une boucle d’oreille solitaire, qui est prise en charge par l’IRCGN », poursuit-il. Leur analyse confirmera que les deux boucles d’oreille sont composées du même métal.

À ce stade, l’hypothèse du meurtre s’impose de plus en plus. L’ADN du sang retrouvé dans le hangar et dans la voiture est comparé à celui des cheveux de Laëtitia et conclut à une similarité. Des traces de peinture bleue retrouvées près du scooter de la jeune femme sont présentes sur le pare-chocs de la 106. Tandis que Tony Meilhon est interrogé, les gendarmes sont à la recherche du corps de la jeune femme. C’est l’enquête sur la personnalité de Tony Meilhon (confiée à des scientifiques spécialistes du comportement), et notamment les questions posées à ses proches, qui mettront les gendarmes sur la piste du Trou bleu, l’un des trois étangs situés près de Lavau-sur-Loire, à une quarantaine de kilomètres de Pornic. La brigade fluviale de Nantes s’y rend et, le 1er février, après quelques heures de recherche, découvre une nasse dans laquelle sont enfermés une tête, des membre inférieurs et supérieurs.

 

Carte des différents lieux du crime de Laëtitia Perrais examinés par les gendarmes — Carte Clara Dealberto et Jules Grandin pour Les Jours.

Le plan d’eau devient une nouvelle scène de crime à fixer, encore une, et l’investigation criminalistique reprend. Des médecins légistes identifient le visage de Laëtitia, conservé par l’eau douce et froide de l’étang. Ses ongles sont prélevés, ainsi qu’une partie des cervicales dans la zone où sa tête a été coupée et les parties d’os sciées. Des prélèvements sont également effectués dans le nez et la bouche. Tout est de nouveau acheminé en voiture par le major Erceau à l’IRCGN. Les scientifiques trouveront des traces de cocaïne dans le nez de Laëtitia, du liquide prostatique de Tony Meilhon dans sa bouche. Ils démontreront que les os ont été découpés avec une scie à métaux, et que le profil de la lame retrouvée dans le foyer éteint du hameau du Cassepot est compatible avec la forme de la découpe. Leur expertise leur permettra même de conclure que la jeune femme était probablement face contre terre lorsqu’elle a été démembrée, et que la découpe a été faite de l’arrière vers l’avant.

 

Je savais qu’on ne trouverait rien que de la peau sur les parties lisses qui avaient été en contact avec le buste de Laëtitia. Mais au niveau des nœuds, j’avais l’espoir que l’on trouve une trace de Tony Meilhon. » Le major Jean-Michel Erceau 

 

Un peu plus de deux mois plus tard, c’est une promeneuse qui trouve, sur un autre plan d’eau situé à 50 kilomètres de là, le buste de Laëtitia fixé par une corde à un parpaing. Les gaz libérés par sa putréfaction l’ont fait remonter peu à peu à la surface. C’est la quatrième scène de crime à geler. L’autopsie montre que seize coups de couteau ont été assenés dans le dos de la jeune femme. « Je demande à l’IRCGN d’analyser les nœuds de la corde qui entoure le tronc et le parpaing. Je savais qu’on ne trouverait rien que de la peau sur les parties lisses qui avaient été en contact avec le buste de Laëtitia. Mais au niveau des nœuds, j’avais l’espoir que l’on trouve une trace de Tony Meilhon », raconte le major Jean-Michel Erceau. Les analyses confirment la présence de l’ADN de Tony Meilhon sur certains nœuds de la corde.

 

« Au total, 134 pièces auront été analysées dans cette enquête », décompte le major Erceau, qui avoue s’être réveillé tous les matins à 4 heures du matin pendant un an, de peur d’avoir oublié un élément essentiel à la résolution de l’enquête. Celui qui a obtenu son diplôme de Cocrim en 2009 se souvient également de sa citation, en 2013, lors du procès du meurtrier présumé Meilhon à la cour d’assises. « Je n’avais pas accès à mes notes, ça m’était interdit. Il a fallu que je détaille, de tête, tous les éléments criminalistiques de l’affaire. C’est probablement pourquoi je m’en souviens encore aussi bien aujourd’hui. »

 

Le meurtrier de Laetitia Perrais, Tony Meilhon a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité avec une période de sûreté de 22 ans.

 

La cour d’assises, l’endroit ultime où la science est au service de la justice. « Lors des procès de cour d’assises, explique le colonel Fillon, il y a un grand coffre en verre dans lequel tous les scellés sont conservés, hormis les produits biologiques qui doivent être maintenus au froid. » « Chaque prélèvement est tracé à partir du moment où le scellé est signé par un officier de police judiciaire. Il est alors mis sous main de justice et tout acte effectué sur le prélèvement doit être mentionné et daté. »

Une discipline que l’on pourrait qualifier de militaire, si l’on n’avait jamais mis les pieds dans les locaux très protégés de l’IRCGN et du SCRCGN, au Pôle judiciaire de Pontoise. Là, l’ambiance est studieuse mais cordiale. « Les affaires les plus complexes à traiter sont celles qui ont un caractère sensationnel. De par la personnalité de l’auteur du crime, l’émotion qu’elles provoquent dans la population, l’écho que leur donnent les médias et l’instrumentalisation politique qui en est faite », analyse le colonel Bouillié. Il cite à titre d’exemple l’affaire des chevaux mutilés qui, en ce début d’automne, occupe à plein temps les scientifiques de la gendarmerie. Une affaire dont il ne dira mot, secret de l’instruction oblige.

C’est dans cet antre silencieux, où la discrétion est reine, où la méfiance envers les journalistes est le réflexe premier, que Les Jours ont décidé de questionner, pour mieux comprendre leur métier et les techniques qui orientent la résolution des enquêtes les plus complexes, ceux qui n’aiment pas qu’on les appelle « les experts ». Le terme renvoie trop, à leurs yeux, aux clichés irréalistes des « séries tartes à la crème » : « Une affaire criminelle, raille le colonel Bouillié, ça ne se résout pas en 42 minutes. »

--------

À noter : Découvrez l'épisode complet et enrichi en ligne sur "les jours" (pour abonnés)

--------

à voir aussi : "Laëtitia Perrais : dix ans après, retour sur une affaire hors normes" par France Bleue

Si vous rencontrez des difficultés pour lire la vidéo, cliquez ici

Actualités


Les experts du PJGN à Satory pour l’Edition spéciale du 14 juillet sur France2

VU SUR FRANCE 2 : " Reconstitution d'une scène de crime en direct"

Le PJGN impliqué lors de contrôles coordonnés d'envergure

Le 9 juin 2021 était organisée une vaste opération de contrôle...

Des travaux de recherche universitaires co-financés par la Gendarmerie : pourquoi pas le vôtre ?

La Gendarmerie a décidé de co-financer des travaux de recherche universitaires...