La session ENI de Novembre 2019

ENI... Vous avez peut-être déjà lu cet acronyme dans cet article. Il signifie "Expert Non Inscrit" et est une qualification propre à l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale.

Cette qualification permet aux personnels de réaliser des expertises judiciaires pour le compte de magistrats ou de juges d'instructions sans être inscrit sur les listes de cour d'appel.

Pour rappel, elle s'obtient par la validation de plusieurs objectifs.

En fonction des unités d'expertises, il faudra que le futur expert ait réalisé et signé un certain nombre de dossiers sous supervision technique, attestant ainsi de ses compétences au laboratoire.

Il doit assister à une semaine de formation organisée par l'IRCGN durant laquelle plusieurs acteurs des procédures pénales interviennent (experts aguerris, juge d'instruction, magistrat, avocat général, avocat de la défense,...). Cette semaine est toujours très intéressante et enrichissante pour les futurs experts. En effet, celle-ci est riche de par la diversité des profils des intervenants. Les futurs experts sont ainsi confrontés aux attentes fortes des requérants quant au rôle de l’expert judiciaire. Ce dernier doit être en mesure d’apporter des éléments scientifiques précis tout en ayant la capacité à se rendre intelligible face à un auditoire non averti.

D'autre part, une étude technique est également réalisée par le futur expert. Le plus souvent, elle vise à améliorer une méthode déjà utilisée au laboratoire. Elle permet à ses supérieurs et pairs techniques d'évaluer ses compétences techniques et de recherche. Cette étude se conclue par l'écriture d'un rapport et d'une soutenance orale. Ainsi, les capacités de présentation orale du candidat sont également évaluées.

Enfin, le futur expert doit défendre un de ses dossiers à la barre. Pour cela, il est mis en conditions réelles grâce à une mise en situation à la barre au Tribunal de Grande Instance de Pontoise.

 

 

C'est le 12 novembre dernier que Madame Hélène Tortel les a alors accueillis pour cette mise en situation.

 

 

Cette session a donc permis à l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale de compter dans ses rangs plusieurs nouveaux experts ENI de tous grades confondus : sous officiers, officiers et un personnel civil.

L'IRCGN accueille ainsi deux nouveaux experts en traitement d’images. La première a réalisé une étude visant à améliorer encore la méthode actuelle de comparaison faciale de l'IRCGN (la comparaison du visage d'un auteur capturé sur une vidéo avec le visage d'un suspect). Par le rassemblement des publications les plus récentes en la matière (provenant du monde de la recherche et des groupes de travail forensiques européens et américains), il a été possible de dégager un ensemble de bonnes pratiques afin d'adapter notre méthode et la placer au meilleur niveau d'expertise.

Le second a quant à lui mené une étude sur la mise en œuvre d'une technique nouvelle dans le cadre de l'estimation de taille d'un individu à partir d'un flux vidéo et/ou image. Cette technique dite du "caméra matching" permet de créer un individu en 3D ( à l'aide d'un logiciel de création graphique ) dont les proportions et le positionnement sont modulables afin de s'adapter au mieux à l'individu dont on doit estimer la taille, permettant ainsi de réduire un panel de suspects pour l'enquêteur.

Enfin, ce sont deux nouveaux experts en Incendies et en Explosifs qui clôturent cette session. Pour l'incendie, le travail de recherche a porté sur l'analyse détaillée des corps gras dans des liquides purs ou des résidus d'incendie. Il vous est possible d'en apprendre davantage en cliquant ICI. Nous avions en effet déjà exposé ce sujet répondant à la problématique de la venue sur le marché de nombreux produits biosourcés.

L'expert en Explosif a quant à lui présenté une évaluation et comparaison des performances des sources d'ionisations et détecteurs basse et haute résolution pour l'analyse des explosifs. Cette analyse en chromatographie liquide est depuis de nombreuses années une technique incontournable dans le domaine de la criminalistique. L'étude de l'évolution des matériels, de la chromatographie liquide couplé à la spectrométrie de masse "basse" à "haute" résolution), ainsi que les développements ont permis d’identifier un plus grand nombre de composés. L’utilisation de la chromatographie liquide ultra haute performance (UPLC) associé à une colonne chromatographique dédiée permet la séparation et l'identification formelle de quinze molécules explosives en un temps d’analyse inférieur à 10 minutes.

 

A travers cette nouvelle qualification, l'IRCGN renforce ses compétences et son expertise. Désormais, ce sont donc 115 experts non inscrits et 74 experts inscrits sur la Cour d’Appel de Versailles dont 6 sur les listes de cour de cassation que compte l'IRCGN.

 

Une nouvelle session est programmée pour la fin du premier trimestre de l'année 2020.

Actualités


Un accident mortel avec délit de fuite élucidé en moins de 24 heures

Vendredi 28 août, dans le nord de la Charente, un chauffard percute deux...

Equidés mutilés : le commandant du SCRC sur BFM

Lundi 21 septembre 2020, le colonel Bouillie commandant le service central...

Opération de recrutement au PJGN

Le mercredi 23 septembre 2020, le Pôle judiciaire de la Gendarmerie nationale...