Une femme gendarme dans le renseignement

K. est une femme de 50 ans, adjudante chef depuis le 1er novembre 2019. Arrivée au sein du Service Central de Renseignement Criminel le 1er octobre 2019, elle travaille actuellement au sein du Département Recherches (DR).

Quel a été votre parcours avant d'intégrer le PJGN ?

Avant d’intégrer le PJGN, j’ai travaillé 10 ans en brigade territoriale, puis 5 ans en Brigade de Recherches et enfin 4 ans au sein de l’Antenne du renseignement territorial dépendant d’un service régional du renseignent territorial (service de police).

Qu'est ce qui a motivé ce choix de carrière dans le domaine judiciaire ?

Dès mon entrée en Gendarmerie, j’ai été attirée par le domaine judiciaire, par les enquêtes judiciaires complexes qui permettaient de rester en haleine jusqu’à l’aboutissement. L’association du judiciaire et du renseignement m’a permis par la suite de développer beaucoup de connaissances, en faisant preuve d’une grande curiosité intellectuelle et d’une remise en question permanente.

Quelles sont les missions de votre service ? Vos activités quotidiennes ?

Dans le service, nous travaillons sur l’analyse des groupes criminels organisés à travers le monde, passant obligatoirement par une connaissance approfondie des pays. En parallèle, nous travaillons également sur des commandes émanant de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale, à but statistique.

Pensez-vous que votre profession vous contraint dans votre féminité ?

Non.

Quelles sont les compétences nécessaires pour exercer ce métier ?

Il faut faire preuve de curiosité, de disponibilité et aimer le travail en équipe. Il est également important de savoir rester humble.

Quels sont les défis que vous avez du relever en tant que femme lors de votre prise de fonction ?

En unité de recherches, les femmes sont moins représentées. Dans certaines unités de ce type, pour se faire sa place, la femme est obligée de s’affirmer.

Pensez-vous qu'être une femme soit un désavantage ou une force ?

Sur le principe, ce n’est ni une force, ni un désavantage, nous sommes militaires au même titre qu’un homme.

Une affaire vous a-t-elle plus particulièrement marquée, notamment en tant que femme ?

Non.

Auriez-vous un conseil à donner aux jeunes femmes actives ?

Être une femme en Gendarmerie n’est pas handicapant, il faut avoir une force de caractère et surtout ne pas se sentir dévalorisée.

Actualités


Un nouveau labo mobile et deux covid-box au PJGN

Fort de son expérience en projection sur scène de crise tels que le...

la gendarmerie scientifique répond présent pour préserver la santé des Français

La revue "European Journal of Clinical Microbiology & Infectious Diseases (2020)...

Un nouvel écusson pour le SCRCGN

La création en 2015 du service central de renseignement criminel (SCRC) en...