Affaire Laëtitia Perrais - Les soupçons d'un incendie

En 2011, le corps sans vie de Laetitia Perrais était retrouvé en Loire-Atlantique, lardé de 44 coups de couteau, et le corps démembré. Cette affaire a nécessité des moyens humains considérables pour sa résolution, et notamment le concours de plusieurs acteurs de la chaîne criminalistique.

La revue bi-mensuelle du Ministère de l'Intérieur, le magazine Civique, vous retrace cette affaire en suivant chacun des acteurs prépondérants dans la résolution de l'enquête.

Ce quatrième chapitre porte plus précisément sur les investigations et les analyses incendies effectuées au cours de cette affaire.

En effet, la découverte d'un foyer éteint, près d'un caddie, dans le jardin du suspect laisse présumer du pire. Les enquêteurs ont alors fait appel à un expert en incendie de l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale. Celui-ci a fait partie du déplacement qui a regroupé plusieurs scientifiques dont notamment les experts en morphoanalyse de traces de sang et en anthropologie dont nous vous parlions dans l'article précédent.

Lorsqu'il y a un incendie, les techniciens d'identification criminelle, formés aux actes de police technique et scientifique à effectuer, peuvent réaliser l'ensemble des premières constatations aux déblayages, et éventuellement prélever à des endroits stratégiques, des résidus d'incendie, des objets suspects, des traces de liquides,... Ces investigations sur site peuvent également être réalisées par nos experts.

Une fois les prélèvements réalisés, ils sont envoyés à l'Institut en vue de rechercher la présence de produit accélérateur d'incendie.

Si ce domaine d'expertise vous intéresse plus particulièrement, nous vous proposons de lire ces articles :

- L'incendie est il criminel ?

- Les chiens de la Gendarmerie spécialisés en Recherche de produits accélérateurs d'incendies

- Les investigations incendies

Revenons à notre affaire. Les investigations effectuées au niveau du foyer ont notamment permis de mettre en évidence un élément appartenant à la victime, Laëtitia Perrais. Nous vous laissons le découvrir en téléchargeant le PDF, disponible à la fin de cet article.

Actualités


Un nouveau labo mobile et deux covid-box au PJGN

Fort de son expérience en projection sur scène de crise tels que le...

la gendarmerie scientifique répond présent pour préserver la santé des Français

La revue "European Journal of Clinical Microbiology & Infectious Diseases (2020)...

Un nouvel écusson pour le SCRCGN

La création en 2015 du service central de renseignement criminel (SCRC) en...