Affaire Laëtitia Perrais - Les faits et le travail des premiers intervenants

En 2011, le corps sans vie de Laetitia Perrais était retrouvé en Loire-Atlantique, lardé de 44 coups de couteau, et le corps démembré. Cette affaire a nécessité des moyens humains considérables pour sa résolution, et notamment le concours de plusieurs acteurs de la chaîne criminalistique.

La revue bi-mensuelle du Ministère de l'Intérieur, le magazine Civique, vous retrace cette affaire en suivant chacun des acteurs prépondérants dans la résolution de l'enquête.

Nous avons choisi de vous présenter chaque étape de cette affaire médiatique afin de vous faire découvrir les différents domaines d'expertises qui ont été sollicités pour apporter les éléments pertinents à l'enquête judiciaire.

Ce premier chapitre s'ouvre donc sur les faits. Ces informations sont celles que vous avez pu suivre dans la presse à cette époque. Que s'est-il passé entre la signalisation de la disparition de Laëtitia Perrais et la découverte de son corps ? Quelles ont été les étapes clefs de la résolution de cette affaire ? Combien de temps s'est-il écoulé entre l'interpellation du suspect et son jugement, et pourquoi ? Voici quelques questions dont vous trouverez les réponses en lisant le document PDF disponible en téléchargement à la fin de cet article.

La deuxième partie de ce premier volet concerne ces mêmes faits, vécus puis relatés par les premiers intervenants : les TIC et les COCrim. Les Techniciens en Identification Criminelle sont des gendarmes présents sur le terrain qui ont été formés aux techniques d'investigations et d'identification criminelle. Une partie de leur formation se déroule à l'Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale. Ils sont en charge des constatations sur scène de crime et du relevage de toutes les traces et les indices qui pourraient être pertinents à l'enquête. Pour cela, ils sont équipés de matériels dédiés, de véhicules spécifiques et peuvent compter sur l'aide des Coordinateurs des Opérations Criminalistique, les COCrim.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la chaîne criminalistique, cliquez ICI.

Actualités


Un nouveau labo mobile et deux covid-box au PJGN

Fort de son expérience en projection sur scène de crise tels que le...

la gendarmerie scientifique répond présent pour préserver la santé des Français

La revue "European Journal of Clinical Microbiology & Infectious Diseases (2020)...

Un nouvel écusson pour le SCRCGN

La création en 2015 du service central de renseignement criminel (SCRC) en...