Les acteurs de l'Innovation (2/2)

Suite et fin de notre article sur les acteurs de l'innovation mentionnés par le rapport de 2019 "Innovation de Défense : dépasser l'effet de mode" (disponible #en1000mots et en version intégrale).

Le pacte Défense

Stratégie globale en faveur des PME et ETI, le Pacte Défense PME a vocation à soutenir la vitalité et la pérennité d’un tissu de PME performantes et innovantes. Ce dispositif permet aux entreprises d’obtenir de la part du ministère des Armées un soutien financier avec les financements ASTRID, ASTRID-Maturation et du prêt participatif SOFIRED. Mais également un soutien à la réputation de l’entreprise avec un « certificat de bonne exécution de marché », un « label DGA testé ». Enfin, ce pacte prévoit une aide au développement de l’activité commerciale avec la possibilité de bénéficier du réseau du ministère des Armées pour faire connaitre les solutions de l’entreprise sur le territoire français et à l’international et offre la la possibilité d’accueillir un ingénieur militaire dans l’entreprise.

La cellule d’innovation et de transformation numérique

La CITN est un des départements dédiés à l’Armée de l’Air aux côtés du Centre d’Expertise Aérienne Militaire (CEAM) et du Lab’O. Elle semble favoriser l’approche de start-up sur des thèmes comme : l’internet des objets, l’ingénierie logicielle, les solutions photo/vidéo embarquées sur drones, la communication sécurisées et géolocalisées, etc. Ne sont pas cités dans le rapport "Innovation de Défense", mais peuvent être mentionnés, le pôle innovation de l’armée de Terre et le « Battle-Lab Terre » qui s’organisent autour de référents-innovation. Un des centres d’intérêt est la robotique de grande taille.

L’Institut des Hautes Études pour l’innovation et l’entrepreneuriat

Créé en 2016, rattaché à l’Université Paris Sciences et Lettre (COMUE) et financé par la Fondation Mines-ParisTech, il délivre des formations professionnelles axées sur l’international, mais également des mastères et diplômes d’université relatifs à la R&I.

Le conseil de l’Innovation

Il est composé du ministre de la Transition écologique et solidaire, de la ministre des Armées, du secrétaire d’État au Numérique et du ministre de l’Action et des Comptes publics, y siègent également BPIfrance et l’agence nationale de la recherche. Il a pour but de rénover la gouvernance des politiques d’innovation en impliquant des personnalités qualifiées de haut niveau et en favorisant la coordination des différentes politiques ministérielles. Une de ses missions est de choisir les grands défis financés par le Fonds pour l’innovation et l’industrie.

L’ONERA

L’Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) qui a pour mission de développer, d’orienter, de coordonner et de promouvoir les recherches dans le domaine aérospatial et dispose d’un budget de 228M€, dont la moitié est issu de financements extérieurs. Ses thématiques majeurs sont notamment : la réduction de la consommation pour le transport civil, la sécurité des drones civils, le système de veille spatiale amélioré, la propulsion spatiale innovante, l'optique, et les dirigeables

Le CEA

Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives a pour mission de développer des technologies innovantes et de les transférer vers l'industrie. Il s'agit de l'institution de recherche la plus innovantes en Europe et de la seconde au niveau mondial. Ses domaines d’intérêt sont variés : robotique, aérospatial, électronucléaire, génétique, etc.

Le CNES

Le Centre national d'études spatiales (CNES) est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) chargé d’élaborer et de proposer au gouvernement français le programme spatial français et de le mettre en œuvre. Il est doté d’un budget de 2.4Mds€. La « Science et l’Innovation » est un de ses 5 grands programmes et vise notamment : l’astronomie, la physique fondamentale mais aussi la sécurité et la défense avec les satellites de reconnaissance optique, d’écoute, de télécommunication ou reconnaissance militaires.

L’ISL

L'Institut de recherche de Saint-Louis est issu d'une coopération franco-allemande, placé sous la cotutelle du ministère des Armées français et du ministère de la Défense allemand. L'ISL mène des recherches et études, tant scientifiques que techniques, dans le domaine de l’armement. Il a pour but de renforcer une défense commune et s'intéresse autant aux recherches fondamentales qu'appliquées, qu'aux études techniques et ainsi qu'aux démonstrateurs de faisabilité technologique, et réalise également des travaux d’expertise. La France contribue à son financement à hauteur de 18M€. Ses thèmes d'intérêts sont pluridisciplinaires et couvrent notamment : les capteurs, les sources lasers, les matériaux de protection, le vieillissement des matériaux, la navigation ou l'accélération des projectiles.

Le Conseil d’orientation pour la recherche et l’innovation en mer

Le CORIMER est l’instance de dialogue et d’orientation entre le comité R&D de la filière des industriels de la mer et les pouvoirs publics. Il interagit avec les organismes de recherche et les pôles de compétitivité. Sa R&I concerne : les bateaux intelligents, connectés de manière cyber sécurisée et autonome (IA, IoT, etc.) ; décarboner la propulsion et l’énergie (carburant alternatif, agro-carburants, etc.) ; et les matériaux de ruptures (biocompatibilité, biosourcing, automatisation, robotisation, etc.).

NATO Innovation Hub

C’est un dispositif qui rassemble des « ends users » (les utilisateurs, souvent des agences de sécurité), des « providers » (industriels, académiques, etc.) et des « capability designers » (membres de l’OTAN qui s’assurent de la cohérence entre solutions proposées et besoins exprimés). En matière de R&I, les domaines sont notamment : la cyber psychologie, les systèmes autonomes, le e-learning, l’anticipation à horizon 2030. L’innovation hub met également à disposition des « challenges » et un réseau mondial d’innovateurs.

Actualités


Inf'ONSTS - Janvier 2021

  L'Observatoire vous présente...

Inf'ONSTS - Décembre 2020

  L'Observatoire vous présente...