Axe n°6 - L'humain augmenté

L'amélioration des performances humaines grâce à la technologie ne date pas d'hier : c'est en 1608 qu'est inventée la longue-vue, renforçant ainsi la capacité de vision des êtres humains. Demain, ce seront peut être les autres sens qui bénéficieront d'outils susceptibles d'en améliorer l'efficacité et susceptible d'être employé à des fins malveillantes, mais également à l'amélioration de la sécurité publique et de à l'amélioration des conditions de travail des gendarmes.

Le gendarme doit intervenir dans un environnement marqué par une menace physique plus variée et d’amplitude crois­sante ainsi que par une interconnexion avec de nombreux systèmes d’information et de communication. Il doit disposer des équipements qui lui permettent de faire face à cette menace, d’exploiter pleinement les systèmes d’infor­mation et de communication tout en réalisant l’ensemble de ses missions quotidiennes de sécurité au contact de la population.

Protection balistique, au choc, à la perforation, équipement de régulation thermique, augmentation des sens et notamment de la vue et de l’ouïe, consultation et renseignement des applica­tions métier en mobilité, communication par échange phonique ou vidéo au contact et en intervention : les domaines qui exigent un renforcement des capacités humaines et leurs augmentations sont nombreux. Ce constat est d’autant plus fort que la menace fait aussi appel de son côté à des capacités technologiques disponibles dont l’existence et l’opportunité peut être connue au travers de quelques clics sur la toile ou dans le Darknet.

À ce stade, l’augmentation est externe et non permanente. Elle consiste en l’adjonction de systèmes et d’équipements autour du corps du gendarme ; le tout devant néanmoins s’intégrer dans un ensemble cohérent avec la morphologie tout en offrant une totale liberté de mouvement du corps et de l’usage des deux mains. De nombreux travaux de recherche et d’innovation sont nécessaires à l’obtention de cette cohérence. La seule accumulation des dispositifs n’est pas acceptable tant elle risque de fragiliser l’homme par son poids, son encombrement et la charge mentale qu’elle induit.

Par ailleurs, automobiles, montres, téléviseurs, lunettes, appareils domestiques, le nombre d’équipements connectés explose. Leur usage à des fins d’amélioration de la production de sécurité est aujourd’hui expé­rimenté sur le terrain. Des lunettes et des véhicules connectés sont actuellement en phase de test dans des unités de gendarmerie. Les lunettes permettraient aux gendarmes de bénéficier d’informations pour agir en toute sécurité (carte, distance, etc.) sans entraver leur mobilité.

Le gendarme est au centre de l’action ; si de nombreux ressorts technologiques sont au stade du prototypage ou de l'industrialisation, d’autres relèvent encore du concept. Toutefois, les ruptures scientifiques et technologiques sont, dans ce domaine, particulièrement probables tant ils font l’objet de travaux de recherche. C’est pourquoi la veille anticipative ainsi que la coopération avec le ministère des Armées sont soutenues.

Focus sur... La réalité augmentée

La réalité augmentée est un domaine de recherche transverse pour la gendarmerie. Elle peut en effet trouver des applications dans tous les aspects du métier, de la reconstitution de scènes de crime à la visualisation d’information sur le terrain. Si les technologies de captation et d’analyse d’information sont matures, la retransmission de ces informations vers l’utilisateur au moyen de lunettes spécifiquement conçues ne semble pas, pour l'instant, en adéquation avec le besoin des unités mais le potentiel opérationnel de la réalité augmentée est bien réel.

Actualités


Inf'ONSTS - Janvier 2021

  L'Observatoire vous présente...

Inf'ONSTS - Décembre 2020

  L'Observatoire vous présente...