Enjeu n°7 - La biométrie, pour une exploitation raisonnée

Pour que la biométrie prenne toute sa place dans la sécurité de nos concitoyens, nous nous devrons d’accompagner son déploiement technologique, l’encadrer juridiquement, mais surtout la rendre acceptable socialement en garantissant à chacun ses libertés individuelles.

 

Regroupant l’ensemble des techniques informatiques permettant de reconnaître automatiquement un individu à partir de ses caractéristiques physiques, biologiques, voire comportementales, la biométrie est aujourd’hui un sujet très sensible, aussi bien pour les forces de sécurité intérieure que pour la population en général car touchant des données à caractère personnel par essence. L’interdiction récente de l’utilisation des drones pour le maintien de l’ordre, tout comme le débat autour des caméras piétons, montrent à quel point le sujet de la biométrie est sensible. Pourtant plébiscitée par la quasitotalité de la population aujourd’hui, que ce soit pour déverrouiller son téléphone grâce à son empreinte digitale ou par reconnaissance faciale, son utilisation à des fins de sécurité semble difficile à faire accepter, l’ombre d’un Etat « Big brother » planant toujours au-dessus des systèmes voulant être mis en place. Les échéances importantes que représentant le mondial de rugby et les JO 2024, remettent la biométrie au centre de la scène comme un atout indéniable de la sécurité des espaces et des mobilités.

Actualités


Appel à projets contre la désinformation

  L'Organisation du Traité...

Journée AGIR 2021

   Sous l’autorité...

Inf'ONSTS - Janvier 2021

  L'Observatoire vous présente...