Ordre public : sécuriser et maintenir l'ordre

L'organisation militaire de la gendarmerie nationale repose sur un commandement intégré, de l'unité élémentaire (GM et GD) à la direction générale (DGGN), lui permettant d'adopter une posture opérationnelle permanente, gage de réactivité et d'une forte capacité de mobilisation. Face à la soudaineté des crises, elle peut s'adapter aux différentes situations grâce à ses capacités de manœuvre et de changements de posture. Pour ce faire, elle regroupe rapidement des unités constituées, dispose de formations projetables en tous lieux et en tout temps et met en œuvre des moyens de commandement et d'appui. La gendarmerie nationale s'impose ainsi comme un acteur majeur de la gestion des crises.

La gendarmerie mobile est une force militaire spécialisée au maintien de l'ordre public. Elle peut être engagée sur tout le spectre des crises. Réserve générale à la disposition du gouvernement, elle assure par ailleurs des missions de défense militaire et s'engage aux côtés des unités territoriales. Elle est ainsi capable d’être projetée sur l’ensemble du territoire, en métropole et en outre-mer, ainsi qu'à l'étranger, et plus particulièrement les théâtres d'opérations extérieures.

Forte de 109 escadrons, de 17 groupements et du groupement blindé de gendarmerie mobile (GBGM), la gendarmerie mobile agit au quotidien pour maintenir voir rétablir l’ordre et pour renforcer la sécurité générale en luttant contre la délinquance.

Les escadrons de gendarmerie mobile sont déplacés hors de leur garnison près de 180 jours par an.

Les missions qui sont confiées à la gendarmerie mobile couvrent un large spectre, à savoir :

•• opérations de maintien de l’ordre public : du service d'ordre au rétablissement de l'ordre ;

••• renfort de la gendarmerie départementale, notamment au sein des zones de sécurité prioritaires (ZSP) : missions de sécurisation, interventions dans le cadre d’opérations judiciaires, sécurité des personnes et des biens dans des secteurs sensibles ;

••• protection d’édifices sensibles (ambassades sur le territoire français,...), escortes sensibles ;

•• •participation aux dispositifs mis en place dans le cadre des priorités et plans gouvernementaux (VIGIPIRATE, lutte contre l'immigration irrégulière, contrôle des flux,...) ;

••• participation à des opérations extérieures (OPEX) ;

••• protection d’ambassades à l’étranger.

Agissant essentiellement pour prévenir les troubles à l’ordre public et les atteintes à la loi pénale, la gendarmerie mobile fonde son efficacité sur sa forte mobilité, sa cohésion et sa disponibilité opérationnelle.

Pour entretenir leur professionnalisme, les unités de gendarmerie mobile suivent tous les 24 à 36 mois un stage de perfectionnementau centre national d'entraînement des forces gendarmerie (CNEFG) à Saint-Astier (24), où les conditions d'exercice sont les plus proches possibles de celles d'engagements réels.