Le personnel médical, un aspect peu connu en gendarmerie

Le musée a récemment fait l'acquisition aux enchères d'un document datant de la Révolution française attribuant à un chirurgien le pouvoir d'exercer en gendarmerie. Un aspect peu connu, surtout au XVIIIe siècle.

Le document présenté ci-contre illustre pourtant cette activité durant la Révolution : il s'agit d'une commission d'officier de santé datée du 1er mars 1795 et accordée à un chirurgien, monsieur Bertholet, afin qu'il exerce dans la gendarmerie nationale.

Nommé par le Comité de salut public (lui-même organe de la Convention nationale, qui en nomme ses membres), il est néanmoins prévenu par le Conseil de santé, organisme militaire dont il fait partie, de sa nomination. Il n'est visiblement pas question pour lui de pratiquer sur les champs de bataille (les divisions de gendarmes combattants existent pourtant encore à cette période), puisqu'il est précisé que son périmètre géographique est celui des tribunaux et des maisons d'arrêts, autrement dit les prisons.

Son affectation est donc, de toute évidence, celle de la gendarmerie des tribunaux. Cette subdivision de l'Arme, composée de 796 hommes répartis en cinq compagnies, est l'héritière de la compagnie de Robe-courte, supprimée en même temps que la maréchaussée et qui, basée au Châtelet, était en charge de la sécurité de Paris et de la garde de ses prisons. La gendarmerie des tribunaux fut à son tour supprimée peu après, en mai 1795.

                   

                              

Au-delà du message transmis par cette pièce, il est intéressant de remarquer le ton typiquement révolutionnaire employé pour s'adresser au "citoyen Bertholet". C'est donc le tutoiement qui est de rigueur, avec une formule de politesse courte et tranchante, bien de cette époque : "Salut et fraternité".

                               

               

Actualités


24h du Mans : retour sur un week-end de course.

Un week-end sur les chapeaux de roues pour notre mémoire mécanique...

Les collections du musée d’agrandissent avec le Portrait de Joseph Souberbeille

Cette semaine, le musée de la Gendarmerie nationale a fait une place pour...

Classic days 2022 : L’Alpine A310 roule à nouveau !

Le week-end du 30 avril et 1er mai ont eu lieu les Classic days sur le circuit...