De 1870 à 1945

A partir de 1870, la gendarmerie nationale se trouve fortement ébranlée par les guerres successives. Impliquée à différents niveaux de la guerre (prévôté, maintien de l'ordre, combat, force armée du pouvoir en place, etc.), son rôle est souvent mal perçu. La seconde guerre mondiale illustre parfaitement la position difficile de la gendarmerie entre obéissance et résistance.

Légende photo : Tête de carnaval de gendarme – XIXe siècle

    

Temps forts :

La 3ème république (1870-1940) :
  •  réformes de la gendarmerie nationale avec le renforcement des effectifs,
  •  création de la première légion de gendarmerie mobile (1871), finalement dissoute en 1879.
La première guerre mondiale (1914-1918) :
  •  retour de la prévôté aux armées (lutte contre le pillage, l'alcoolisme, les déserteurs et gestion de la circulation des personnes dans les zones),
  •  maintenir l'ordre à l'intérieur du pays,
  •  participation au combat en qualité de volontaires,
  •  attribution par Clemenceau du statut de sous-officiers à tous les gendarmes.
L'entre-deux guerres (1919-1939) :
  •  création des premier pelotons mobiles (1921), devenant ensuite la Garde républicaine mobile (1926),
  •  création d'une direction indépendante pour la gendarmerie (21 octobre 1920),
  •  développement des moyens matériels (téléphones, machines à écrire, bicyclettes, automobiles et motocyclettes à side-car).
La deuxième guerre mondiale et l'occupation (1939-1945) :
  •  retour à nouveau à la mission prévôtale,
  •  participation au combat à travers des pelotons de la Garde républicaine mobile et la création du 45ème bataillon de chars de combat (BCC),
  •  obligation d'obéissance au chef de l'état, par un serment imposé par le maréchal Pétain,
  •  participations individuelles à la résistance passive ou active.

Pièces témoins :

  •  Revolver de marine modèle 1870 du garde Cesses (fabrication Lefaucheux)
  •  Tête de carnaval de gendarme – XIXe siècle
  •  Canne de tranchée du capitaine Auguste Pogu
  •  Machine à écrire type Remington
  •  Casque à bourrelet de l'adjudant-chef Fontaine du 45ème BCC
  •  Vareuse du chef d'escadron Vérines - 1940
  •  Drapeau de la compagnie des Cipayes – début du XXe siècle
  •  Maquette du poste de Rachnum (Indochine)

Pour aller plus loin :

Les gendarmes de la belle époque (au miroir du petit journal), Edouard Ebel et Yann Galéra, éditions du Service Historique de la Défense, 2005

Gendarmes et résistants (du refus aux combats de la libération, 1940-1945), sous la direction de Bernard Mouraz , éditions du Service Historique de la Défense, 2006

La gendarmerie dans la guerre d'Algérie, Emmanuel Jaulin, éditions Lavauzelle, 2009

Ouvrages disponibles au centre de documentation du musée

Actualités


Le gendarme du XIXe siècle, homme-orchestre de la sécurité publique

Un voyage dans le temps, deux siècles en arrière, à la découverte...

Retour historique sur une pandémie

Deux regards historiques, sur les épidémies et sur le rôle des...

La planche de BD Quentin Durward

Le musée vous propose de découvrir une pièce insolite : la...