Un colloque autour de l’annonce du décès en contexte judiciaire

  • Par la rédaction du site Gendinfo
  • Publié le 06 décembre 2022
© DR

L’amélioration de l’annonce d’un décès en contexte judiciaire est un enjeu clé pour les proches des victimes. Le colloque pluridisciplinaire qui s’est déroulé en ce début du mois de décembre en témoigne : les acteurs sont nombreux, les conséquences lourdes, s’agissant d’éviter « d’ajouter du traumatisme au deuil », selon les mots du neuropsychiatre Boris Cyrulnik. Une rencontre organisée par la Délégation interministérielle à l’aide aux victimes (DIAV), en partenariat avec le Centre national de ressources et de résilience (CN2R) et la fédération France victime, afin de réfléchir en lien avec tous les intervenants. À cette occasion, le garde des Sceaux, Monsieur Dupont-Moretti a souligné l’importance de cette question pour la justice.

 

Au cours de cette journée, les différents acteurs ont pu s’exprimer sur les nombreux axes engendrés par cette question. Le contenu de la circulaire interministérielle a été présenté par la lieutenante-colonelle Elen Vuidard, officier de liaison auprès de la DIAV, ainsi que par Madame Laurence Begon-Bordeuil, magistrate et conseillère juridique de la même délégation. Cette circulaire est le fruit d’un travail commun des administrations et services concernés, mené depuis plusieurs mois à la suite de la publication du rapport de 2019 sur la même thématique, lequel établissait 18 recommandations à mettre en œuvre. Ce nouveau document s’attache à revenir de manière concrète sur l’annonce du décès et le traitement respectueux du défunt et de ses proches, tout au long du processus judiciaire, par les différents partenaires ainsi que le rôle de chacun.

 

Au-delà de cette présentation de la circulaire, qui souligne aussi l’importance majeure de la formation des personnels ayant à réaliser cette annonce, de nombreux acteurs ont pu intervenir. Des spécialistes ont ainsi abordé la notion de processus de deuil, la prise en compte particulière des enfants, et bien d’autres éléments explicatifs permettant de mieux comprendre les besoins et d’y répondre de manière adaptée et mieux encadrée. Ce colloque a par ailleurs permis de valoriser des bonnes pratiques locales ainsi que de mener une réflexion sur la nécessité d’une amélioration constante autour de cette thématique délicate.

Contacter la gendarmerie

Numéros d'urgence

  • Police - Gendarmerie : 17
  • Pompier : 18
  • Service d'Aide Médicale Urgente (SAMU) : 15
  • Sourds et malentendants : www.urgence114.fr ou 114 par SMS
  • Urgence Europe : 112

Sécurité et écoute

  • Enfance en danger : 119
  • Violences conjugales : 39 19
  • Maltraitance personnes âgées ou en situation de handicap : 39 77