La gendarmerie nationale se déploie au Liban

  • La mission subaquatique était composée de l'adjudant Laurent Ian du Centre national d’instruction nautique de la gendarmerie d'Antibes, de l'adjudant Alexandre Rzadkowski de la brigade nautique de Marseillan et de l'adjudant Eric Puthier de la brigade nautique de Saint-Cyprien.

    © 
  • Les plongées se sont déroulées en combinaison étanche et masque facial pour prévenir tout risque lié à la pollution des eaux.

    Les plongées se sont déroulées en combinaison étanche et masque facial pour prévenir tout risque lié à la
    pollution des eaux.

    © 
  • © 
  • © 
  • Deux techniciens en investigations subaquatiques se préparent à plonger dans le port de Beyrouth.

    Deux techniciens en investigations subaquatiques se préparent à plonger dans le port de Beyrouth.

    © 
  • Un technicien en investigations subaquatiques remonte des prélèvements aux abords du silo détruit par l'explosion.

    Un technicien en investigations subaquatiques remonte des prélèvements aux abords du silo détruit par l'explosion.

    © 
  • Les conditions de visibilité se sont progressivement dégradées en raison des travaux de déblaiement effectués en amont du site.

    Les conditions de visibilité se sont progressivement dégradées en raison des travaux de déblaiement effectués en amont du site.

    © 
  • La gendarmerie nationale a projeté, le 6 août, une mission d’experts de l'IRCGN, dont le rôle était notamment de contribuer à l’identification des victimes, mais aussi la modélisation en 3D de l’accident.

    La gendarmerie nationale a projeté, le 6 août, une mission d’experts de l'IRCGN, dont le rôle était notamment de contribuer à l’identification des victimes, mais aussi la modélisation en 3D de l’accident.

    © IRCGN
  • La mission subaquatique était composée de l'adjudant Laurent Ian du Centre national d’instruction nautique de la gendarmerie d'Antibes, de l'adjudant Alexandre Rzadkowski de la brigade nautique de Marseillan et de l'adjudant Eric Puthier de la brigade nautique de Saint-Cyprien.

    © 
  • Les plongées se sont déroulées en combinaison étanche et masque facial pour prévenir tout risque lié à la pollution des eaux.

    Les plongées se sont déroulées en combinaison étanche et masque facial pour prévenir tout risque lié à la
    pollution des eaux.

    © 
  • © 
  • © 
  • Deux techniciens en investigations subaquatiques se préparent à plonger dans le port de Beyrouth.

    Deux techniciens en investigations subaquatiques se préparent à plonger dans le port de Beyrouth.

    © 
  • Un technicien en investigations subaquatiques remonte des prélèvements aux abords du silo détruit par l'explosion.

    Un technicien en investigations subaquatiques remonte des prélèvements aux abords du silo détruit par l'explosion.

    © 
  • Les conditions de visibilité se sont progressivement dégradées en raison des travaux de déblaiement effectués en amont du site.

    Les conditions de visibilité se sont progressivement dégradées en raison des travaux de déblaiement effectués en amont du site.

    © 
  • La gendarmerie nationale a projeté, le 6 août, une mission d’experts de l'IRCGN, dont le rôle était notamment de contribuer à l’identification des victimes, mais aussi la modélisation en 3D de l’accident.

    La gendarmerie nationale a projeté, le 6 août, une mission d’experts de l'IRCGN, dont le rôle était notamment de contribuer à l’identification des victimes, mais aussi la modélisation en 3D de l’accident.

    © IRCGN

À la suite de la double explosion survenue le 4 août dans le port de Beyrouth, la gendarmerie nationale a projeté, le 6 août, une mission d’experts de l'IRCGN, dont le rôle était notamment de contribuer à l’identification des victimes, mais aussi la modélisation en 3D de l’accident. Une demande complémentaire d'enquêteurs subaquatiques a été formulée afin de renforcer ce détachement initial. Dimanche 9 août, trois techniciens en investigations subaquatiques, issus de la région Occitanie et du CNING d'Antibes, sont partis d’Orléans à destination du Liban. Les plongées opérationnelles ont commencé dès le lendemain. Leur mission, qui doit se terminer en fin de semaine, comprend notamment la prise de vues photographiques et vidéo, le calcul de la profondeur, ainsi que des prélèvements d’eau et des fonds.