Au Grand Prix de France de F1, l’Alpine reine du podium

  • 5d1c82c9-3a4f-403a-8686-9d3c5382f791-2.jpg
    © 
  • 89e41004-f011-41b5-84cf-bb6bc2e6adf5-2.jpg
    © 
  • _DSC6423.jpg
    © 
  • _DSC6430-2.jpg
    © 
  • _DSC6473.jpg
    © 
  • _DSC6479.jpg
    © 
  • _DSC6481.jpg
    © 
  • 5d1c82c9-3a4f-403a-8686-9d3c5382f791-2.jpg
    © 
  • 89e41004-f011-41b5-84cf-bb6bc2e6adf5-2.jpg
    © 
  • _DSC6423.jpg
    © 
  • _DSC6430-2.jpg
    © 
  • _DSC6473.jpg
    © 
  • _DSC6479.jpg
    © 
  • _DSC6481.jpg
    © 

Elle était l’une des stars du Grand Prix de France de Formule 1. Le week-end du 23 juillet, l’Alpine de la gendarmerie attirait tous les regards. Amateurs de sport mécanique et de belles voitures s’étaient donné rendez-vous devant le stand de la gendarmerie, dont la façade n’est pas sans rappeler celle du film « Le gendarme de Saint-Tropez ». Histoire de pousser le clin d’œil jusqu’au bout, une fourgonnette Renault Estafette trônait également à l’entrée de cette brigade de gendarmerie factice.

Car derrière cette devanture en carton-pâte et ce choc générationnel de véhicules, s’affairaient de nombreux « Cruchot », en prise avec une multitude de badauds, venus découvrir l’univers de la gendarmerie, en marge de la course. Une opération séduction, dont le jubilé était le défilé des Alpines. Un cortège dans lequel se sont insérés les trois bolides de la région de gendarmerie Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Côté stand, les militaires avaient mis les gaz pendant cet événement marathon. Durant quatre jours, et sous une chaleur caniculaire, ils ont présenté les différents métiers liés à la route : motards, équipiers de brigade rapide d’intervention, sensibilisation à la conduite des deux-roues et à l’alcool au volant, escape game, recrutement. Bref, tout a été mis en œuvre pour susciter des vocations.