Un an après le lancement du Grenelle des violences conjugales, quatre initiatives lancées par des unités de gendarmerie ont été primées

Ce jeudi 3 septembre, à l’occasion de l’anniversaire du Grenelle des violences conjugales, Marlène Schiappa a décerné plusieurs prix récompensant l’action des forces de sécurité intérieure dans ce domaine.

Les violences conjugales sont une réalité. Tous les deux jours, une femme meurt sous les coups de son conjoint. La décision de dénoncer ces horreurs, le passage de la porte d’une brigade ou d’un commissariat sont une épreuve pour la victime. Mais ce n’est que le début d’un long parcours, souvent qualifié de « parcours du combattant ». Face à la détresse des victimes et à leur calvaire, le gouvernement a souhaité prendre des engagements forts en la matière. Il y a un an, le ministère de l’Intérieur donnait le coup d’envoi du Grenelle des violences conjugales. Sa mission était de taille, puisqu’il s’agissait, par la réunion d’une multiplicité d’acteurs, de trouver de nouveaux outils pour lutter efficacement contre ce fléau de société. Au fil des mois, de nombreuses initiatives ont vu le jour et les mesures se sont multipliées, au niveau local comme national. Gouvernement, élus, associations, professionnels, forces de l’ordre… La mobilisation a été totale. Un an après, ce jeudi 3 septembre 2020, Marlène Schiappa, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, a présidé une cérémonie visant à valoriser les différentes actions menées. Sept prix ont été décernés à cette occasion, dont quatre à la gendarmerie.

Le prix « Formation »

Le développement de l’instruction des forces de l’ordre en matière de violences conjugales était une mesure annoncée à l’issue du Grenelle. Le prix « Formation » a été décerné à la gendarmerie afin de valoriser la mise en place du stage portant sur « l’expertise des mécanismes des violences intrafamiliales », par le Centre national de formation à la police judiciaire (CNFPJ).

Le premier stage s’est déroulé en février dernier. D’une durée de cinq jours, il a permis de former 35 gendarmes à cette problématique. Trois autres sessions seront organisées d’ici la fin de l’année, pour permettre de disposer d’un vivier de 110 militaires formés au 31 décembre. Face à une problématique complexe, ces gendarmes auront pour objectif de dynamiser et d’améliorer la prise en compte des victimes de violences conjugales, notamment en intensifiant les partenariats avec le tissu associatif.

Le prix « Confinement »

Le nombre de sollicitations reçues par le service d’écoute des victimes de violences conjugales (3919) a considérablement augmenté lors du confinement. Entre le 9 mars et le 20 avril, plus de 6 000 appels ont été passés. Véritable accroissement des violences ou libération de la parole, le constat reste celui d’une forte demande de la part des victimes. Face à cette situation, les forces de sécurité ont renforcé leurs dispositifs de lutte contre les violences conjugales. C’est le cas de la région de gendarmerie d’Occitanie, qui a mis en place une cellule « télécontact VIF » à compter du 6 avril, au sein du groupement de Haute-Garonne. L’intérêt de cette cellule a largement été démontré. En effet, du jour de sa création au 29 mai, 380 victimes ont été contactées, 29 situations sensibles ont été signalées et 8 mis en cause ont été incarcérés à la suite de leur garde à vue. De plus, 33 femmes ayant pris attache avec la cellule ont quitté leur domicile et 5 ont pu bénéficier d’un relogement en urgence. Les trois personnels armant la cellule « télécontact VIF », soutenus par un réseau d’associations, ont eu un rôle primordial dans la lutte contre les violences conjugales lors du confinement. Cette action a donc été saluée par Marlène Schiappa, à travers le prix « Confinement ».

Le prix « Information »

Se déroulant dans l’intimité familiale, les violences conjugales ne peuvent souvent être dénoncées que par la victime elle-même. Il est alors primordial que cette dernière ait connaissance de l’ensemble des possibilités qui s’offrent à elle, notamment celles lui permettant d’entamer sa démarche. L’information est donc un aspect central en matière de lutte contre les violences conjugales. Lors de la cérémonie du 3 septembre, le prix « Information » a valorisé l’action du groupement de gendarmerie de Vendée qui, à l’aide de partenariats avec le groupe Sodebo et les centres Leclerc, d'abord des Herbiers, puis de toute la Vendée, a intensifié sa communication lors de la crise de la COVID-19. La société Sodebo a ainsi apposé sur ses emballages de pizza un autocollant mettant en avant le numéro 3919. Les magasins Leclerc ont, quant à eux, diffusé des messages de prévention sur les tickets de caisse ainsi que sur ses panneaux lumineux. Fruit d’un véritable partenariat avec les acteurs économiques locaux, ces solutions novatrices ont permis une large sensibilisation de la population.

Le prix « Partenariat »

Outre le volet judiciaire, le traitement des violences conjugales présente de nombreux autres aspects. À ce titre, il est essentiel de nouer des liens avec les partenaires sensibilisés à cette problématique, tels que les associations ou les professionnels de la santé. C’est la démarche entreprise par le commandement de la gendarmerie de La Réunion, à travers la signature d’une convention avec l’association « ARAJUFA France Victimes », qui accompagne depuis 50 ans toutes les victimes sur le sol de La Réunion et favorise leur accès aux droits. Dans le cadre de ce partenariat, des permanences sont tenues au sein des unités de gendarmerie, par les juristes de l’association, afin d’offrir la possibilité à toute personne qui s’estime victime ou qui rencontre une difficulté administrative ou juridique, d’être conseillée. Cette initiative, qui permet une prise en charge globale, sur un même lieu, des situations de détresse, a été valorisée par la remise du prix « Partenariat ».

À travers l’attribution de ces prix, c’est l’engagement et la capacité à #RépondrePrésent de la gendarmerie dans son ensemble qui sont salués. Depuis un an en effet, dans le cadre de sa stratégie de transformation « Gend 20.24 », l’Institution a à cœur de répondre au mieux aux attentes de la population et multiplie les initiatives afin de déployer une offre de sécurité sur mesure. En matière de VIF, l’objectif poursuivi est d’assurer une meilleure prise en compte des violences conjugales et de lutter plus efficacement contre celles-ci. De la formation des militaires à l’accompagnement social de la victime, en passant par la mise en place de salles d’accueil adaptées, aucun aspect n’échappe à la mise en place de mesures novatrices, en phase avec les besoins du terrain.

Au cours de la cérémonie du 3 septembre, trois prix ont également été décernés aux autres forces de sécurité, dans les catégories « Accompagnement », « Accueil et prise en charge des victimes » et « Sensibilisation ».

 

Actualités


Loading...Loading...Loading...Loading...