Expertise cynophile - CNICG Gramat

Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie - Le Ségala - 46500 Gramat

CNICG Gramat -

Le Ségala - 46500 Gramat

Tél : +33 (0) 5 65 10 14 30 - @ cnicg@gendarmerie.interieur.gouv.fr


 

Chaque année, le Centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG) forme ses équipes spécialisées allant de la formation initiale aux besoins spécifiques  (formation complémentaire, inter-armées, étrangers, stages adaptés...)

Le dispositif cynophile de la gendarmerie compte en permanence environ 480 maîtres et 550 chiens et exprime son expertise en matière de :

  • piste unique ;
  • piste/défense ;
  • piste/recherche de victime d’avalanches ;
  • piste-Saint-Hubert ;
  • intervention ;
  • garde/patrouille ;
  • assaut (GIGN) ;
  • recherche de restes humains ;
  • recherches d’armes et de munitions ;
  • recherches de produits stupéfiants ;
  • recherches de produits stupéfiants/défense;
  • recherche d’explosifs ;
  • recherche de produits accélérateurs d’incendie ;
  • recherche de billets de banque ;
  • « SAMBi » : recherche simultanée de stupéfiants, d’armes, de munitions et de
  • billets de banque ;
  • Recherche d’explosifs sur personnes en mouvement (« RExPeMo »).

 

Missions du centre

Le centre dans ce cadre doit :

  • recruter, mettre en condition (débourrage) et suivre sur le plan médical l’ensemble des chiens qui entrent en formation ;
  • former, en théorie et en pratique, les maîtres de chien ;
  • assurer la veille technique de tout ce qui relève de la cynotechnie ;
  • exploiter les retours d’expérience du terrain ;
  • assurer la formation continue des personnels instructeurs militaires et civils du centre ; 

Le centre dispose de 80 personnels, y compris des civils fonctionnaires ou ouvriers de l’État, ainsi que deux vétérinaires mis à disposition par le service de santé des Armées.

 

Repères historiques

le 19 décembre 1945 - la gendarmerie nationale installe le chenil central de la gendarmerie à Gramat (Lot), devenant dans les années 1980 "école de sous-officiers de gendarmerie, centre de formation des maîtres de chiens (ESOG-CFMC)" et, depuis le 1er octobre 1996, "centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie (CNICG)".

 

Le CNICG est rattaché au commandement des écoles de la gendarmerie nationale (CEGN) à partir du 1er janvier 1972.

Au fil des années, de nouvelles technicités voient le jour :

  • 1956 : chiens de recherches en avalanches ;
  • 1975 : chiens de recherches de produits stupéfiants ;
  • 1976 : chiens d'assaut pour le GIGN ;
  • 1988 : chiens de recherches d'explosifs ;
  • 2006 : chiens de recherche de produits accélérateurs d’incendie ;
  • 2008 : chiens de recherche de billets de banque, d’arme et de munitions.
  • 2016 : chiens de recherche d’explosifs sur personnes en mouvement.

Le 24 janvier 2002, le Groupe national d’investigations cynophiles (GNIC) est créé. Cette unité spécifique regroupe des équipes cynophiles œuvrant dans des technicités rares (recherches de restes humains en particulier) susceptibles d’optimiser les investigations menées lors de disparitions de personnes ou de procédures criminelles délicates.

 

 

Actualités


25 novembre : Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes

25 novembre : Journée internationale pour l'élimination de la violence...

La 400ème promotion de l'école de gendarmerie de Montluçon vient d'intégrer

120 élèves gendarmes ont franchi le portail de l'école de la...

Le bleuet de France

Nous soutenons le bleuet de France